Henry Cany

La signature de Henry Cany était visible dans le mensuel L'Automobile à la fin des années 40 et jusqu'aux années 50. Il illustra aussi quelques couvertures de l'Action Automobile et Touristique. Henry Cany doit surtout sa notoriété pour avoir été durant de nombreuses années l'illustrateur attitré du fabricant d'accessoires Marchal.

L'auteur de ces pages est à la recherche de toute information concernant cet illustrateur. E mail : marioboano@gmail.com


Photo Denis Lambert, Le Maine Libre, 15 février 1997


Source : Docauto


Source : Docauto

Extrait du Maine Libre du 15 février 1997, article de Michel Bonté

Depuis la fenêtre de son appartement, sur les hauteurs de Prémartine, on peut découvrir toute la ville regroupée autour de Saint-Julien, et par beau temps, là-bas sur l'autre versant, le lycée agricole de Rouillon. Cet horizon, Henry Cany le découvre chaque matin depuis près de 20 ans avec un certains ravissement. Belle vue pour un artiste ! Mais qui le connaît, lui, ce septuagénaire alerte tout juste rescapé d'une sale " affaire " qui l'a tenu au lit pendant un bon mois ?

" Pas grand monde, vous savez, Mais c'est dans ma nature, je suis un peu sauvage et je n'aime pas parler de moi " .

Heureusement aujourd'hui le voilà débusqué et sa modestie dût-elle en souffrir, il fallait bien qu'il se dévoile et raconte comment, d'un chat mascotte naquit la tête stylisée du plus célèbre des matous. Souvenez-vous dans les années soixante flanquée du drapeau à damiers, la silhouette du " chat Marchal " accompagnait chacun des palmarès des plus grandes courses automobiles.

" Les phares à iode, c'était le fer de lance de cette entreprise qui possédait trois usines en France et dont le siège social, où je travaillais, se situait à Neuilly ".

C'est là qu'à 22 ans, fraîchement émoulu d' " Arts et Publicité ", le jeune dessinateur de la revue " L'Automobile " trouva en Pierre Marchal l'employeur idéal.


L'Automobile, numéro 20, 1947

" Un journaliste m'avait dit qu'il cherchait quelqu'un pour la publicité. Travailler dans le monde de l'auto, c'était un rêve pour moi qui tout gosse ne pensait qu'à imiter Géo Ham. D'ailleurs, savez-vous qu'un jour au Grand Palais, tandis que je peignais un grand panneau, il est venu me voir ?  "

Sous la coupe du " patron ", Cany n'eut de cesse que d'apporter ses idées et son talent dans une maison où on lui faisait entière confiance mais qui datait quand même du début du siècle.

" C'est pour cela que peu à peu, du chat fétiche Marchal je me suis inspiré pour moderniser puis styliser la tête. Cela s'est fait petit à petit, en douceur, car il n'était pas question de tout bouleverser ".


Publicité Marchal, L'action Automobile, mai 1958

Avec les victoires des phares à iode Marchal dans les grandes courses (Tour de France, 24 Heures du Mans), le budget de la firme grandissait et Henry Cany multipliait les illustrations pour les publicités en " 4e couverture ". Un travail à plein temps.

" Et souvent je suivais les épreuves pour faire des photos qui accompagnaient les messages et les annonces de succès. Je suis devenu par là même l'ami de nombreux pilotes, notamment de Ferrari comme Olivier Gendebien ".


A gauche Olivier Gendebien, à droite Henry Cany

Mais ces succès sportifs et donc commerciaux vont attirer des convoitises. Bientôt, l'artisan Marchal doit céder sous les coups de butoir de S.E.V. puis de Valéo. L'époque changeait aussi. Le respect d'une certaine forme de travail s'estompait et Cany préféra se démettre plutôt que se soumettre. Cela n'empêcha pas le génial créateur, via des agences de pub, de démontrer d'autres talent avec Air France, Esso, Trigano, la SNCF, Bridel, ou de goûter au monde de la presse avec Moto Revue ou Oise Matin.

" Il m'envoyaient un télex avec un fait divers ou une histoire et en trois heures je devais réaliser un dessin d'accompagnement ".

La place nous manque pour relater tout ce qu'Henry a vécu ou a connu. Lui même parle d'un travail formidable, d'une vie jamais ennuyeuse, de milliers de dessins réalisés. Cela valait bien ces quelques lignes.

Michel Bonté


L'Automobile, numéro 22, 1947


L'Automobile, numéro 34, 1949


L'Action Automobile, février 1951 - Delahaye sur le Monte Carlo


H. Cany illustrait cet article de l'Automobile paru en mai 1957, et consacré à la nouvelle Vespa


Autre composition de H. Cany pour L'Automobile, octobre 1957, " Il nous faut une
définition raisonnable de la voiture de Grand Tourisme "


L'Action Automobile, janvier 1952


Publicité Marchal, Automobilia, 1954, numéro 575


Publicité Projecteurs SEV Marchal


Publicité Marchal, L'action Automobile, juin 1966


Publicité Bougies Projecteurs Fantastic et Fulgor


Pour faire face à la concurrence, Marchal et la Société d'Equipements pour Véhicules automobiles (SEV) s'unissaient en 1963, pour devenir l'un des premiers équipementier automobile européen.

Retour au sommaire des illustrateurs - Retour au sommaire du site