Omnia, N° 2, Nouvelle Série, juin 1920

Page de couverture, Omnia nouvelle série, N° 2, juin 1920


8 000 châssis par jour

... Il y a aux Etats-Unis une automobile pour 14 habitants, alors qu'il y en a une pour 400 chez nous. En 1919, les Etats-Unis ont fabriqué 1 587 000 voitures et 305 000 camions, soit plus de 6 000 châssis par jour, en admettant 300 jours ouvrables. En 1920, ils vont probablement produire 2 000 000 de voitures et 430 000 camions, soit plus de 8 000 châssis par jour. Sait-on que le nombre des constructeurs américains est relativement fort peu élevé - ils sont 95 - et qu'à eux tous ils ne fabriquent qu'une bien faible diversité de types : 112 en 1920. C'est que chacun d'eux ou presque chacun d'eux se contente de fabriquer un seul type de châssis. Ils sont 82 dans ce cas. Il n'y en a que 12 qui construisent deux types. Et 1 seul, tout seul, qui en mène 3 de front. En France, nous avons 64 constructeurs d'automobiles en 1920, dont 1 fait 5 types, 4 font 4 types, 8 font 3 types, 13 font 2 types et 38 ne font qu'un seul type. Avant la guerre nous n'avions pas un seul constructeur qui osât consacrer tous ses efforts à un seul modèle. Nous sommes aujourd'hui dans la bonne voie.

Anonyme


Publicité Clément Bayard / Un seul type de châssis : le 12/14 Léger


Scooter

La vogue du scooter s'affirme de plus en plus. Ce petit engin ... s'annonce comme un sérieux concurrent de la motocyclette légère, d'autant plus qu'en malin il a su gagner tout de suite les femmes à sa cause. Ses débuts à Paris datent du printemps 1917, et déjà à cette époque, la jeune femme d'un de nos meilleurs sportsmen évoluait gracieusement dans les avenues du Bois, sur une petite machine importée d'Amérique. Si les constructeurs peuvent livrer tous modèles qui leur ont été commandés, le scooter sera vraiment l'engin à la mode cet été, et c'est sur leur patinette à moteur que Sem, sans aucun doute, croquera à Deauville, les personnalités " bien parisiennes ".

Anonyme

Mlle Gaby Morlay, du théâtre " Femina " sur son scooter

Voir aussi :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Scooter

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaby_Morlay


La question de l'essence

Nos voitures mourront-elles de faim ? C'est réellement pour l'automobile une question de vie ou de mort. Et jamais elle n'a été aussi pressante, voire même plus angoissante qu'aujourd'hui. Actuellement, la France consomme par mois en moyenne 45 000 tonnes d'essence (8,5 millions de tonnes en 2017, soit 189 fois plus) ... Le pétrole se trouve, à peu près dans toutes les parties du monde. On commence même à en trouver, mais très peu, en France ... Jusqu'à maintenant, les pays producteurs principaux ont été les Etats-Unis, le Mexique, le Canada, les Indes Néerlandaises, la Roumanie et la Galicie ... En 1918, les chiffres donnés par le Service Géologique des Etats-Unis pour la production totale de pétrole dépassaient les 70 millions de tonnes (4 milliards de tonnes par an en moyenne de nos jours). La production mondiale de pétrole brut a pris, dans ces dernières années, un développement inattendu et enregistré des hausses vertigineuses ... Il a été calculé qu'au taux actuel de la consommation, les Etats-Unis auront épuisé tout le pétrole que contient leur sous-sol dans une période d'environ 20 ans ...

Une des solutions pour répondre à la demande ... l'utilisation des schistes bitumeux qu'on rencontre en quantités parfois énormes dans certaines régions ... Jusqu'à l'heure actuelle, le prix de revient du pétrole et de ses sous-produits avait été tel qu'il interdisait l'exploitation des gisements de schistes bitumineux. Leur distillation était beaucoup plus coûteuse et ne pouvait pas supporter la concurrence. Les prix de revient du pétrole et de ses sous-produits subissent une augmentation si considérable, que l'industrie des huiles de schiste devient de plus en plus capable, aujourd'hui, de supporter la concurrence. Malheureusement, la question de la distillation des schistes bitumineux est intimement liée à la question du charbon ! Il faut environ une tonne de charbon pour distiller une tonne d'huile de schiste ... La situation pétrolière n'est donc pas belle, il faut en convenir. Et elle est mauvaise pour le monde entier. La France n'a pas le triste privilège de la pénurie d'essence ... La France, il faut le reconnaître, cherche adroitement à " se débrouiller ". Elle a une " politique du pétrole ". En vertu des décisions prises pendant la guerre, en 1918, l'Etat est le seul acheteur des naphtes et essences importés en France ... Ses achats sont faits par la Direction générale des Essence ...

Benoist-Marie


Publicité Renault voiture 10 à 40 HP, camions de 1 à 7 tonnes


L'esprit démocratique

Une de nos meilleures maisons d'automobiles de la région parisienne avait eu l'idée suivante : une ligne de tramways passant devant sa porte, elle s'était entendue avec la compagnie pour que des voitures spéciales et supplémentaires fussent réservées au personnel de l'usine, le matin et le soir. La maison prenait tous les frais à sa charge, si bien que le personnel, fort satisfait, était amené et ramené à heures fixes, gratuitement, et sans la moindre difficulté. Quant au public en amont et en aval, il se réjouissait de trouver plus facilement qu'auparavant des places dans les voitures normales, puisque l'afflux dû à l'usine ne les encombrait plus. Tout le monde trouvait à cette combinaison son compte. Elle dura 15 jours. Un inspecteur de nous ne savons pas de quelle administration veillait. Il fit un rapport, et la combinaison fut supprimée, car il paraît qu'elle est contraire à " l'esprit démocratique " qui exige qu'une voiture publique, telle qu'un tramway, soit ouverte à quiconque y aperçoit une place disponible. Depuis lors, le personnel de l'usine attend, paie et se dispute les places avec les autres voyageurs. Comme quoi le bien-être des ouvriers et l'esprit démocratique peuvent faire deux !

Anonyme


La doyenne des marques

Quel est le plus ancien " agent " d'automobiles de France ? Sous ce titre, notre confrère " Cycle et Automobile Industriels " a ouvert une petite enquête, d'ailleurs bien curieuse. Il semble, jusqu'ici, que le plus ancien agent soit M. Henri Lafitte, carrossier à Bordeaux. Il montre ses " titres " à ce doyennat, notamment une lettre d'affaires automobiles que lui adressait le 23 février 1893 - il y a 27 ans - la maison Panhard & Levassor. Notre grande Doyenne (elle aussi a droit à ce fleuron) lui recommandait de ne pas chercher à construire lui-même une voiture en se contentant d'acheter, avenue d'Ivry, un moteur Daimler, car " pour pouvoir recevoir le moteur et le mécanisme, il faut que la voiture soit construite en conséquence ". M. Henri Lafitte, convaincu, acheta un " dogcart ". A cette époque, parut dans " La Gironde ", un article enthousiaste d'un rédacteur, ravi d'avoir été admis à manoeuvrer la barre, le timon de cet antique modèle à barre franche que les mécanos de l'époque baptisaient la pan-pan à queue de vache. L'auteur, anonyme, se félicite, notamment d'avoir " fait la très belle vitesse de 19 kilomètres dans l'heure juste " ...

Anonyme


Publicité Automobies Panhard & Levassor

Sommaire Brèves - Sommaire site