Automobilia, 30 septembre 1921

Publicité Renault


La malle mécanique Coquille et sa fabrication en série

Devant certains appareils, on se demande parfois : comment cela n'a-t-il pas toujours existé et pourquoi a-t-on cherché d'autres dispositifs ? C'est le cas de la malle Coquille (NDLR : du nom de son inventeur, monsieur Coquille). Elle résout si exactement le problème du bagage d'automobile qu'après l'avoir vue, il est difficile de concevoir d'autres solutions. Et elle ne résout pas seulement celui-là, mais tous les problèmes concernant l'arrière du véhicule. Elle assure en effet tous les services. Elle n'est pas seulement malle, mais porte-roues de rechange, lanterne arrière, plaque de police, signal " stop " et indicateur de direction ...

La première qualité de la malle Coquille est d'être métallique. Ce n'est pas la première fois qu'on voit une malle métallique. Les coloniaux n'utilisent que cela, à cause des termites qui ne tolèrent pas le bois. Mais c'est bien la première fois que l'on accroche une malle métallique, et mécanique, derrière une auto. La malle Coquille mérite en effet l'épithète de mécanique, parce qu'elle n'est pas un coffre inerte comme les autres malles. Tout d'abord, elle se soutient elle-même au moyen de deux petites flasques solidaires des longerons, voire même directement sur le châssis, au cas où celui-ci aurait été étudié pour la concevoir. Donc suppression du porte-bagages, que personne ne regrettera ... Sa fermeture comporte un couvercle supérieur, fermé à clef, et une porte rabattante, qui se trouve immobilisée lorsque le couvercle est fermé. Tout cela est étanche, grâce à des recouvrements largement calculés et à des joints de caoutchouc ...

Sur la porte arrière est fixée le porte-roues de rechange. Lors du basculement, on n'éprouve aucune fatigue malgré le poids des roues, grâce à la position des tourillons par rapport au centre de gravité et aussi grâce à des ressorts compensateurs enroulés autour de ces tourillons dans de petites boîtes cylindriques si petites qu'on les remarque à peine. La porte arrière, rabattue, est exactement horizontale. Elle forme une table très pratique pour sortir les mallettes, les ouvrir, ou même pour prendre un repas rapide sur la route. Les mallettes, au nombre de deux ou trois suivant les modèles, glissent sur des tasseaux .... Les roues de secours sont appliquées aussi étroitement que possible sur la paroi de la malle qui, elle-même, est appliquée étroitement contre la caisse. Donc, pas d'espace perdu, pas de porte-à-faux exagéré ...

La fabrication de la malle Coquille est comprise suivant les principes de la série, ce qui permet de l'établir à des prix extrêmement intéressants et avec une exactitude de cote rigoureuse, seule garantie efficace contre les défauts de fonctionnement et d'étanchéité ... Tous ces travaux s'effectuent dans les ateliers clairs et vastes du boulevard Ney, où règne l'ordre aussi bien qu'il régnera plus tard dans les malles elles-mêmes lorsque nos aimables lectrices en auront pris le gouvernement.

E. Pepinster


L'aile avant

L'aile avant d'une voiture automobile en protège les côtés contre les projections de toute nature que la rotation de la roue provoque pendant la marche. C'est un élément tôle composé de deux pièces : l'aile proprement dite et la joue. Ces deux pièces sont assemblées à demeure, soit par agrafage, soit par soudure, soit par rivetage. L'aile enveloppe la roue sur une certaine étendue en lui permettant des débattements convenables dans plusieurs sens à la fois, débattements rendus nécessaires par le fait que la roue en plus de son mouvement de rotation doit pouvoir se déplacer verticalement par rapport au châssis sous l'action des dénivellations de la route, s'incliner en raison de l'obliquité de l'essieu lorsqu'une modification de charge n'intéresse que l'une des roues, s'orienter enfin suivant les besoins de la direction.

Ces quatre mouvements possibles, les jeux qu'ils requièrent et requièrent la plupart du temps ensemble, la protection à assurer dans tous les cas, la nécessité d'une fixation solide sur les organes voisins, les conditions de fabrication et de moindre résistance à l'avancement plus qu'une fantaisie qui n'est pas toujours heureuse règlent la disposition de l'aile et sa présentation. Comme toute partie d'une voiture bien comprise, l'aile a donc une raison d'être, raison difficilement chiffrable, il est vrai, mais qui permet d'établir sa forme sur des bases dont le premier effet sera d'assurer une esthétique satisfaisante parce que rationnelle. La fonction de l'aile ne peut évidemment se comparer à celle des organes essentiels (moteur, pneumatique ...), toutefois ses dimensions, les difficultés que présentent sa confection et son tracé, sa position même qui est de tout premier plan sur la voiture, lui créent une importance assez souvent méconnue ...

E. Paumard


Statistiques américaines

La quasi-absence de Ford sur le marché américain (NDRL, période de transition chez Ford pour passer de la T à la A) a arrêté la marche ascendante de la production générale qui a atteint trois millions de voitures l'année dernière, mais elle a eu naturellement des conséquences fort heureuses en ce qui concerne ses concurrents directs. Chevrolet, en particulier, a reçu une avalanche de commandes et sort actuellement 5 000 voitures par jour.

Un total de 392 000 voitures de tourisme et camions ont été expédiés à l'étranger l'an dernier. La proportion du nombre des voitures exportées au nombre global des voitures construites est de 9,5 % pour les voitures de tourisme et de 23 % pour les camions. Les voitures découvertes se trouvent de plus en plus en minorité, malgré les efforts des constructeurs tendant à rendre plus attrayante la classe des torpédos sport à deux ou quatre places ...

D'autres statistiques nous précisent à quel point l'automobile est utilisée dans les campagnes ; nous apprenons ainsi que plus de la moitié des voitures sont enregistrées dans des villes d'une population inférieure à 2 500 habitants. Plus du tiers, soit 36 %, appartient à des fermiers. L'industrie américaine est, comme toute autre, sujette à de grandes fluctuations saisonnières quant à la vente des voitures, ce qui contraint les constructeurs à adopter un train de fabrication souple, la production pouvant varier en peu de temps du simple au double. Les mois de novembre et de décembre sont nettement défavorables.

R.G.


Le Meeting des Records à Arpajon et à Montlhéry

... La journée fut marquée d'ailleurs par trois évènements importants : le 200 à l'heure dépassé pour la première fois au monde par un motocycliste, la même vitesse atteinte également pour la première fois par une femme (Mme Jenneky) et le record international pour la catégorie voiture de course 1500 cmc battu. Cinquante records furent battus lors de cette première journée, dont neuf par le même homme, Morel, l'excellent pilote d'Amilcar, qui partagea avec le motocycliste Baldwin les honneurs de la journée.

Est-il besoin de dire que tous le vainqueurs, que ce soit en moto, en cyclecar ou en voiture, tous avaient adopté le seul pneu de sécurité, le Dunlop à tringles sur jante à base creuse. Une foule considérable était venue garnir les immenses tribunes de Montlhéry heureuse d'applaudir les " sprinter " de l'automobile et de la motocyclette ... Un temps superbe, une foule vivement intéressée, une hécatombe de records qui prouve que notre industrie n'a pas démérité c'est un beau bilan, d'autant plus beau que pour les acteurs la gloire seule était en jeu, pas de prix ... mais un titre ; en 1928, c'est bien joli.

Lucien Haubourdin - illustration Géo Ham


Comment fonctionne le bureau de normalisation

Obliger les fabricants d'accessoires et les constructeurs d'automobiles à adapter, dans leur propre intérêt et dans celui de leur clientèle, des dimensions standard n'est pas une tâche aisée. C'est celle des bureaux de normalisations. Chaque pays a le sien, et tous les bureaux de normalisation du monde sont en liaison. Cela ne veut pas dire que nous arriverons à une standardisation mondiale absolue. Le but cherché n'est pas de créer une liste obligatoire universelle de normes, mais plutôt une collection où chacun choisira les normes qui lui conviennent. On évitera ainsi que deux pièces de même capacité d'utilisation puissent être très voisines sans être interchangeables. Du point de vue pratique, c'est nécessaire, et suffisant ...

Pour arriver à réaliser son oeuvre si utile, le Bureau de Normalisation s'adresse aux intéressés eux-mêmes et les consulte par voie de scrutin. Il recueille d'abord des propositions individuelles, les compare, s'efforce d'en extraire une liste réduite de dimensions et soumet cette liste aux intéressés qui proposent à leur tour des modifications, et cela jusqu'à un accord quasi unanime. La liste de normes ainsi déterminés prend place dans un album à feuillets mobiles que chaque bureau d'études doit posséder et que chaque dessinateur doit consulter lors d'une étude quelconque. Tous les deux ans au moins, le feuillet mobile, s'il y a lieu, est déchiré et remplacé par un nouveau feuillet.

Le processus est excessivement simple et très facilité par les communications claires et explicites que le Bureau de Normalisation de l'Automobile (B.N.A) prodigue à ses abonnés. Un peu d'ordre et de bonne volonté suffisent pour que le travail de normalisation soit efficace et porte ses fruits.

Anonyme


Publicité Panhard et Levassor


Course de cote au ralenti de Montmartre

Article premier - L'Automobile Club de l'Ile-de-France organise avec le concours de la Commune libre du Vieux Montmartre et sous le patronage du journal Le Petit Parisien et de l'Aérauto, une épreuve de côte au ralenti qui se disputera le dimanche 23 septembre, à 10 heures du matin. Art. 2 - Le départ aura lieu à l'angle de la rue Lepic et de la rue des Abesses et l'arrivée place du Tertre. Itinéraire : rue Lepic et rue de Norvins. Art. 3 - Les concurrents devront couvrir le parcours à une allure aussi réduite que possible. Le premier classé sera celui qui aura mis le plus de temps pour gravir la côte. - Art. 4 - Le départ sera donné véhicule arrêté, moteur en marche. Il est interdit aux concurrents d'arrêter leur moteur, de débrayer ou de " faire du sur place ". Ils auront la faculté de faire zig zaguer leurs véhicules dans les rues du parcours. En aucun cas, ils ne devront monter sur les trottoirs ni utiliser la marche arrière pour perdre du temps, etc ...

Sommaire Brèves - Sommaire site