Les belles américaines

A la fin des années 1930, les constructeurs américains produisent déjà de volumineuses automobiles, plus belles les unes que les autres grâce à leurs chromes généreusement distribués et à leurs teintes chatoyantes. La Seconde Guerre mondiale marque un coup d'arrêt à cette course folle vers le " toujours plus ". Mais il ne s'agit que d'une courte pause. Dès la fin des années 40 et au tout début des années 50, de nouveaux modèles apparaissent plus clinquants que jamais. Tout au long de cette décennie, les belles américaines contribuent à renforcer " l'american way of life ", au même titre que le Coca-Cola, le chewing-gum, le rock'n'roll, ou les Lucky Strike ... Cet âge d'or va cependant s'éteindre petit à petit, les années 60 devenant celles de l'assagissement. 

Trois grands groupes ont franchi les années 50 sans trop de casse : General Motors (Cadillac, Buick, Pontiac, Oldsmobile, Chevrolet), Ford (Lincoln, Mercury, Ford, Edsel), Chrysler (Imperial, Chrysler, De Soto, Dodge, Plymouth). La décennie a été plus chaotique pour d'autres constructeurs de taille moyenne, entraînant des disparitions ou fusions : Hudson, Nash, Rambler, Kaiser Frazer, Packard, Studebaker et quelques autres ... Le présent dossier vous propose une rapide évocation, marque par marque, année par année, de l'évolution des voitures de cette époque, et des évènements majeurs qui ont marqué leur existence entre 1939 et 1959. Buick et Packard sont à l'honneur dans un premier temps. Je vous invite à prendre place à bord.

Retour au sommaire du site