Sister Cars

Cette rubrique vous invite à une balade dans un monde automobile un peu trouble, où les choses ne sont pas forcément celles que l'on croit être. Pour suggérer la présente d'autres modèles emblématiques, avec si possible une photo à l'appui, ou pour formuler une remarque, une correction : marioboano@gmail.com.


Acadian Canso / Chevrolet Chevelle

Les Chevrolet furent vendues au Canada entre 1962 et 1971 sous la marque Acadian. Bien que construites selon les plans de Chevrolet, c'est Pontiac, autre marque de la General Motors, qui en assurait la diffusion. A partir de 1968, les Acadian étaient importées depuis les Etats Unis, car la baisse des taxes à l'importation ne justifiait plus une production au Canada. Le modèle illustré ici est une Canso, dérivée de la Chevrolet Chevelle, même si elle n'en adoptait pas la calandre, plus proche du style Pontiac.


Acadian Canso 1966


Chevrolet Chevelle 1966


Alfa Romeo Dauphine / Renault Dauphine

La naissance de cette version italienne de la Renault Dauphine était le fruit d'un accord de coopération industrielle passé entre Alfa Romeo et la Régie en 1958. La Dauphine fut assemblée sur les lignes de montages en parallèle à la Giulietta entre 1959 et 1964.


Alfa Romeo Dauphine


Renault Dauphine


IKA Dauphine / Renault Dauphine

Le 27 novembre 1959, Industrias Kaiser Argentina (IKA) et la Régie Renault concluaient un accord de fabrication de la Dauphine. Le 12 juin 1960, la première Dauphine argentine voyait le jour. 97209 Dauphine furent produites jusqu'en 1970. La Dauphine fut aussi assemblée au Brésil par Willys Overland, en Israël par Kaiser Frazer et en Espagne par la FASA Renault.


IKA Dauphine


Alfa Romeo Arna / Nissan Cherry

L'Alfa Romeo Arna doit son existence à la volonté du constructeur italien de proposer rapidement un modèle compétitif face aux berlines compactes européennes. L'Arna, étudiée à moindre coût suite à un accord avec le constructeur japonais Nissan, visait le marché des  Volkswagen Golf, Fiat Ritmo, Renault 11, etc ... Acceptable sur une voiture japonaise, son style fade (une carrosserie de Nissan Cherry) fit fuir les vrais Alfistes. Sa production fut interrompue en 1987, après un peu plus de trois années de commercialisation.


Alfa Romeo Arna


Nissan Cherry


Alfa Romeo 2300 / Alfa Romeo Alfetta

Modèle spécifique au marché brésilien, l'Alfa Romeo 2300 fut assemblée localement par la filiale FNM du constructeur italien. Un total de 29 954 furent ainsi produites entre 1974 et 1986. Les lignes de la 2300 s'inspiraient de l'Alfetta, mais avec des volumes plus conséquents. Elle mesurait en effet 41 cm de plus en longueur et 7 cm de plus en largeur.


Alfa Romeo 2300


Alfa Romeo Alfetta


Allstate / Henry J

Le PDG des grands magasins Sears siégeait au conseil d'administration du groupe Kaiser Frazer. Il était par ailleurs le propriétaire de la marque Allstate, nom qui fut choisi pour diffuser des Henry J, un modèle économique, dans les grands magasins Sears. Quelques détails esthétiques différenciait les voitures des deux marques. Le niveau d'équipement des Allstate était moins rudimentaire que celui des Henry J. Kaiser eut la lourde tâche de convaincre son réseau d'accepter un concurrent de ce type. Ce fut au final un échec commercial, le  public ne parvenant pas à se faire à l'idée d'acheter une voiture en grande surface. Environ 115 000 Henry J furent produites entre 1951 et 1954, plus 2300 exemplaires badgés Allstate en 1952 et 1953.


Allstate 1953


Henry J 1951


Austin Apache / Triumph Dolomite / Authi Victoria / Austin 1300

Leyland South Africa dévoilait en décembre 1971 l'Austin Apache produite localement. La section centrale provenait de l'Austin 1300, tandis que l'avant et l'arrière évoquaient les Triumph contemporaines, notamment la Dolomite. Et pour cause, c'est Michelotti qui fut sollicité pour en assurer le design. En 1977, l'Apache cédait sa place à l'insipide Marina.


Austin Apache


Triumph Dolomite


La British Motor Corporation (BMC) s'implantait en 1965 en Espagne via sa filiale Authi, qui produisait sur place des modèles Austin et Morris, afin de contourner le protectionnisme alors en vigueur dans ce pays. La Victoria était l'équivalent hispanique de l'Austin Apache, basée sur l'Austin 1300. La British Leyland née en 1968 de la fusion de BMC et de Leyland  vendait ses installations espagnoles à Seat en 1976.


Authi Victoria


Austin 1300


Aston Martin Cygnet / Toyota iQ

Non, ce n'est pas un poisson d'avril ! La Toyota iQ est ici métamorphosée chez Aston Martin. Pour l'acquérir, il faudra néanmoins montrer patte blanche, en étant déjà propriétaire d'une " vraie " Aston Martin. La Cygnet pourra être la voiture de tous les jours pour madame ...


Aston Martin Cygnet


Toyota iQ


Audi Fox / Audi 80

Sur le marché nord américain et en Australie, l'Audi 80 fut vendue sous le nom de Audi Fox entre 1973 et 1979, puis sous celui de Audi 4000 jusqu'en 1987. Excepté quelques spécificités propres aux règlements US (feux latéraux, phares ...), la Fox et la 80 étaient identiques.


Audi Fox


Audi 80


Bertone Cabrio / Fiat Ritmo

Fiat présentait en 1978 la Ritmo, une berline compacte au design innovant appelée à remplacer la 128. Un cabriolet produit chez Bertone complétait la gamme en 1981. Mais le géant italien semblait renier cette voiture, qui n'était commercialisée que sous le nom de Bertone Cabrio, sans mention de la marque Fiat. Jusqu'en 1988, environ 14 000 cabriolets furent produits.


Bertone Cabrio


Fiat Ritmo


Bertone Freeclimber / Daihatsu Rocky

Après avoir assemblé à son compte les cabriolets Fiat Ritmo et Fiat X 1/9 sous la marque Bertone, le carrossier italien proposait à ses clients aisés un 4 x 4 de luxe. Celui ci prenait pour base le Daihatsu Rocky, totalement inconnu dans l'hexagone. La mécanique venait de chez BMW. Bertone offrait une finition du meilleur niveau. Cet engin fut produit à 2795 exemplaires de 1989 à 1992. Le Freeclimber II, restylé, lui succédait en 1993. Mais Bertone abandonnait ce segment de marché en 1995, après que furent assemblés 2860 exemplaires de cette seconde version.


Bertone Freeclimber


Daihatsu Rocky


BMW Eisenach 2 Ltr 55 PS Limousine

L'usine BMW d'Eisenach passait sous contrôle soviétique après la seconde guerre, et continuait à produire des BMW dérivées des modèles d'avant guerre. Sur demande de BMW Munich qui tenait à conserver sa marque et son logo,  l'entreprise est-allemande et les modèles qu'elle fabriquait furent rebaptisés EMW (Eisenacher Motoren Werk) à partir de  1952. En 1955, les dernières EMW sortaient de chaîne, et faisaient place aux Wartburg, complètement nouvelles.


BMW 1600 GT / Glas 1700 GT

En 1966, et malgré un optimisme de façade, la production quotidienne tous modèles confondus du constructeur Glas n'excédait que de peu la centaine d'automobiles. Au bord du dépôt de bilan, Glas n'eut pas d'autre recours que d'accepter les conditions des pouvoirs publics, et de céder ses actifs à l'autre constructeur bavarois, BMW. Dès le début de l'année 1967, Glas passait donc sous la tutelle de BMW. La Glas 1600 GT devenait par la force des choses une BMW 1600 GT. Sa calandre fut remaniée pour recevoir les doubles haricots. Plus d'information ici.


BMW 1600 GT


Glas 1700 GT


BMW 2000 SA / Glas 1700

Le constructeur allemand Glas fut racheté par BMW en 1967. Le site de production de BMW en Afrique du Sud proposait durant les années 70 cette berline, qui n'était rien d'autre qu'une Glas 1700 rebadgée. Le dessin original de cette quatre portes était l'oeuvre de Frua. D'ailleurs, avez vous noté son air de ressemblance avec la Maserati Quattroporte de première génération ...


BMW 2000 SA


Glas 1700


 Borgward 230 (Mexique) / Borgward 2,3 litres (Allemagne)

La Fanasa (Fabrica Nacional de Automoviles) à Nuevoleon au Mexique fit l'acquisition des outillages et des droits de fabrication de la Borgward 2,3 litres. et en assura la production de 1967 à 1971. Deux modèles étaient disponibles, la 230 et la 230 GL, qui se différenciaient par leur niveau de finition. La 230 GL était semblable à la Borgward telle qu'elle était construite en Allemagne, tandis que la 230 normale fut modernisée en gommant les ailerons et en supprimant la lunette arrière panoramique. 


Borgward 230 GL


Borgward 2,3 litres


Bristol 400 / BMW 327

La première automobile Bristol, la 400, fut présentée au salon de Genève 1947. Il s'agissait d'une voiture directement dérivée des BMW d'avant guerre dont elle reprenait d'ailleurs la célèbre calandre. Elle utilisait un châssis similaire à celui de la 326, et une carrosserie s'inspirant de la 327. Le moteur était une évolution du deux litres six cylindres de la 328 Sport. Cette 400 fut fabriquée à 700 exemplaires entre mars 1947 et fin 1949, tous en coach deux portes, à l'exception d'un unique cabriolet.


Bristol 400


BMW 327


Buick Excelle

Une voiture mondiale par définition, dans la grande galaxie General Motors. Ce modèle est disponible à travers le monde sous les marque Buick (Excelle), Daewoo et Chevrolet (Lacetti), Holden (Viva), Suzuki (Reno), Chevrolet (Optra 5). La GM est un spécialiste de la déclinaison à l'infini de tel ou tel modèle de conception asiatique à travers le monde. Les citer tous occuperait une large part de ce chapitre.


Buick Lacrosse

Imaginez que Peugeot devienne un constructeur asiatique, et perde progressivement ses racines françaises. Imaginez qu'il se vende plus de Peugeot en Chine qu'en Europe ... du cauchemar à la réalité ... C'est ce qu'est entrain de vivre la marque Buick, qui vend désormais plus de voitures en Chine qu'en Amérique du Nord. Fait encore plus marquant, la Lacrosse présentée ici a été étudiée conjointement par des ingénieurs chinois et américains, et sera vendue sur les deux marchés.


Buick Sail B / Opel Corsa

Grandeur et décadence ... La marque ringardisée aux States connaît une nouvelle existence en Chine où son prestige semble intact. Mais il n'est pas évident que cela dure avec des produits comme la Sail B, une Opel Corsa locale ! Adieux Skylark, Wildcat, Electra et autre Riviera ... ?


Bulgarrenault 8 / Renault 8 et 10

Bulgarrenault était le fruit d'une collaboration entre Metalhim, une entreprise travaillant pour la défense, et Bulet, un organisme de promotion des exportations bulgares. Cette société vit le jour en 1966, et à notamment assemblé des automobiles jusqu'en 1970, en l'occurrence des Renault 8 et des Renault 10, sous la marque Bulgarrenault. Les voitures étaient achetées à Renault en pièces (en CKD) et montées en Bulgarie chez Metalhim. Des éléments produits localement devait au fil du temps remplacer les pièces importées. L'objectif initial était de produire 3000 voitures par an, mais en cinq ans il n'y eu que 4000 Renault 8 et Renault 10 bulgares à voir le jour.


Bulgarrenault 8


Renault 10 et Renault 8


Cadillac Catera / Opel Omega

La Cadillac Catera n'était qu'une version rebadgée de l'Opel Omega allemande. Adaptée aux contraintes du marché américain, elle était importée depuis l'Europe. Sa commercialisation débuta en 1997. Elle visait une clientèle plus jeune que celle des Cadillac traditionnelles, mais elle n'atteint jamais sa cible. Environ 95 000 exemplaires furent vendus jusqu'en 2001.


Cadillac Catera


Opel Omega


Chery Windcloud / Seat Toledo

Quand la carrière de la Seat Toledo de première génération (1991-1998) s'acheva en Espagne, les droits et les outillages de la voiture furent revendus au Brésil. Le projet de production en Amérique du Sud ne vit cependant jamais le jour. Les moyens de production furent rachetés en 1999 par le constructeur automobile chinois Chery, lui même associé au constructeur SAIC, partenaire de Volkswagen en Chine. Le groupe allemand ne vit pas d'un très bon oeil cette copie d'un de ses anciens produits, et des actions en justice furent entreprises contre les chinois. Après quelques modifications, cette " réplique " de la Toledo fut maintenue au catalogue jusqu'en 2006.


Chery Windcloud


Seat Toledo


Soyat NJ 7150 & Unique / Seat Ibiza

Nanjing Automobile Corporation est une entreprise d'état chinoise fondée en 1947. Wuxi Soyat est une marque de ce groupe. En juillet 2005, le groupe rachetait les actifs de  MG Rover. La gamme Soyat comprend notamment la NJ 7150 et la Unique, produites sous licence Seat, destinées au marché Chinois.


Soyat NJ 7150 & Unique


Seat Ibiza


Chevrolet Senator / Opel Senator

Du temps de sa récente splendeur, la General Motors comptait jusqu'à treize  marques automobiles : Buick, Cadillac, Chevrolet, Daewoo, GMC, Holden, Opel, Hummer, Pontiac, Saturn, Vauxhall et Saab. En fonction de la notoriété de telle ou telle marque dans tel ou tel pays, le géant américain jouait avec les dénominations. Cette Opel Senator de première génération (1977-1984) était ainsi vendue en Afrique du Sud sous le nom plus international de Chevrolet. Notez les insignes de calandre différents.


Chevrolet Senator


Opel Senator


Chevrolet Monza SR / Opel Ascona

La General Motors est implantée au Brésil depuis 1925. Cette filiale a régulièrement proposé des modèles originaux, comme cette Chevrolet Monza qui n'a rien à voir avec sa cousine américaine, mais qui s'apparente plus à une Opel Ascona allemande de la troisième génération .


Chevrolet Monza SR (Brésil)


Opel Ascona C (Allemagne)


Chevrolet Monza (Etats Unis)


Chevrolet Prizm / Toyota Corolla

Fruit d'un joint venture entre la General Motors et Toyota, la Prizm était une berline moyenne commercialisée sur le marché américain entre 1998 et 2002. Il s'agissait d'une version rebadgée de la Toyota Corolla contemporaine, qui remplaça au sein de la GM la Geo Prizm, une autre ancienne Toyota ...


Chevrolet Prizm


Toyota Corolla


Chevrolet Niva / Lada Niva

Uniquement commercialisé en Russie et dans les pays voisins, ce 4 x 4 reprend d'une part la marque Chevrolet, évocatrice d'Amérique, d'autre part le nom de Niva, une Lada tout terrain de l'époque Soviétique. Un mariage entre l'eau et le feu en quelque sorte, résultant d'un joint venture entre AvtoVAZ, constructeur des Lada, et la General Motors.


Chevrolet Niva


Lada Niva


Chrysler Sigma / Mitsubishi Galant

La Chrysler Sigma était une version australienne de la Mitsubishi Galant assemblée localement sous cette forme de 1977 à 1981. Lors de la reprise en main de l'usine par Mitsubishi en 1980, la voiture fut partiellement redessinée, et retrouva le nom de Mitsubishi Sigma. Les premiers accords industriels et commerciaux entre Chrysler et Mitsubishi datent de 1971. Ils aboutirent notamment en 1988 à la création d'une usine aux Etats Unis, appartenant à 50/50 aux deux partenaires.


Chrysler Sigma


Mitsubishi Galant (Source : http://www.cargurus.com)


Lonsdale Saloon / Mitsubishi Sigma

Lonsdale était une société de vente d'automobiles qui commercialisait en Grande Bretagne un modèles Mitsubishi, la Sigma, en 1982 et 1983. Son nom provenait de son lieu de production, Lonsdale, près l'Adélaide, en Australie. L'idée de la société Lonsdale était de contourner les quotas d'importations de voitures japonaises, en faisant venir ce modèle d'Australie. Ce fut pour l'entreprise qui ferma ses portes très rapidement un échec commercial cinglant. Quoi qu'il en soit, Mitsubishi continua à vendre par son propre réseau et sous sa marque la Sigma jusqu'en 1984.


Lonsdale Saloon


Chrysler Centura / Chrysler 180

La Chrysler Centura fut commercialisée en Australie à partir de 1975. Elle dérivait de la Simca Chrysler française, mais plusieurs organes mécaniques étaient d'origine locale. En dehors d'un 4 cylindres de deux litres, la Centura était disponible avec une mécanique six cylindres. Pour le marché australien, il s'agissait d'un modèle de milieu de gamme. En apparence, la Centura différenciait du modèle français avec sa calandre à quatre phares, son capot avant redessiné, et des feux arrière inédits.


Chrysler Centura


Chrysler 180


Chrysler Lancia Delta / Lancia Delta

Fiat a pris part au capital de Chrysler en 2009. Cette Lancia Delta rebadgée Chrysler, premier fruit visible de cette nouvelle union sur le stand d'un salon automobile, a laissé perplexe les visiteurs à Détroit en janvier 2010. Ceux ci  peinaient à trouver une légitimité à ce curieux mélange.


Chrysler Lancia Delta


Lancia Delta


Citroën Bijou / Citroën 2 CV

La Citroën Bijou était un petit coupé fabriqué par Citroën dans son usine de Slough en Grande Bretagne. Basé sur une mécanique 2 CV, il fut diffusé entre 1959 et 1964. La carrosserie était en fibre de verre. Modèle marginal, il ne fut produit qu'à 207 exemplaires. Plus des 2/3 de ces voitures ont survécu jusqu'à nos jours.


Citroën Bijou


Citroën 2 CV


Citroën Citroneta / Citroën 2 CV Pick Up

Citroën Chilenas proposa entre 1953 et 1973 une 2 CV personnalisée, surnommée Citroneta. Elle arborait une silhouette trois volumes avec un coffre arrière de fabrication locale. Le châssis et le moteur venaient de France, mais l'obligation d'utiliser une certaine proportion de composants locaux expliquait en partie cette modification.


Citroën Citroneta


Citroën UK proposa également sa propre version du pick up 2 CV


Cimos Citroën Diana / Citroën Dyane

La société Cimos voyait le jour en 1972 avec trois partenaires au capital, Tomos (33 %, partenaire local de Citroën depuis 1959), Iskra (18 %, matériel électrique) et Citroën (49 %). L'activité des usines fut chaotique durant les années 70, dans un contexte social et politique complexe. Le lancement de la Dyane prit beaucoup de retard. Sa production fut suspendue en 1981, sur intervention des pouvoirs publics.


Cimos Citroën Diana


Citroën Dyane


Citroën Elysée / Citroën ZX

L'apparence utilitaire d'un véhicule à hayon rebutait encore certains clients potentiels de Citroën en Chine. Une voiture à trois volumes devait pouvoir répondre à une demande orientée vers un véhicule d'aspect plus bourgeois. C'est ainsi que fut exposée au salon de Pékin de 1998 une ZX avec coffre, la Fukang 988, une version spécifiquement développée pour le marché chinois. Elle bénéficiait d'un sérieux lifting en 2002, et adoptait alors le nom de Elysée.


Citroën Elysée


Citroën ZX


Citroën LN / Peugeot 104 Coupé

La LN voyait le jour en août 1976. Elle fut le premier fruit du rachat de Citroën par Peugeot, puisqu'elle résultait du mariage d'une carrosserie de coupé 104 avec un moteur de Dyane 6. Il en fut produit 116 931 exemplaires (plus 12 680 voitures sociétés). La  LNA à mécanique Visa lui succédait en octobre 1978.


Citroën LN


Peugeot 104 Coupé


Citroën C2 / Peugeot 206

Cette Citroën C2, présentée en Chine fin 2006, est en réalité une Peugeot 206 maquillée façon Citroën. Notre C2 nationale, trop petite, avait en effet peu de chance de séduire le marché chinois, où les clients sont demandeurs de voitures avec des volumes habitables plus conséquents. L'art et la manière de faire du neuf avec du vieux !


Citroën C2


Peugeot 206


Citroën C Triomphe / Citroën C4

La C Triomphe, une Citroën C4 dotée d'un coffre, initialement réservée au marché chinois lors de sa présentation en 2006, est depuis lors commercialisée dans d'autres pays. Ainsi, elle s'appelle Pallas au Brésil ou Sedan en Espagne. Triomphe fait sans aucun doute référence à l'Arc du même nom, si évocateur de prestige pour la clientèle asiatique.


Citroën C Triomphe


Citroën C4


CX Automotive / Citroën CX

Deux sociétés au moins, Trend Imports et Yareb Hydraulics, importèrent aux Etats Unis en dehors de tout accord officiel avec Citroën quelques CX Diesel entre 1978 et 1982. Mais la démarche qui marqua le plus les esprits fut celle de CX Automotive (ou CX Auto). Cet indépendant proposa au public américain l'un des fleurons de la production française. CX Auto possédait une usine aux Pays Bas. Les voitures y étaient inspectées suivant des procédures précises, et adaptées aux normes US. Environ 400 voitures furent commercialisées aux States entre 1985 et 1990. Plus d'informations ici.


CX Automotive


Citroën CX


Dacia Denem / Renault 12

Dacia fut créé en 1966 en Roumanie avec l'appui de Renault. Son modèle phare était la Renault 12 fabriquée dans l'usine de Pitesti entre 1969 et 2006, sous le nom de Dacia 1310, à 1 959 730 exemplaires. Il y eut deux dérivés jamais vendus en France, un coupé et un pick-up. En Angleterre, la Dacia fut commercialisée sous le nom de Denem à partir de 1983. Mais le public d'outre Manche  n'était pas dupe, et ne se laissa pas séduire par cette berline déjà démodée. En 1999, Renault reprenait en main l'usine roumaine. Le projet de la Logan était en route.


Dacia Denem


Renault 12


Daewoo Nexia / Opel Kadett

Daewoo est un groupe industriel sud coréen regroupant de multiples activités industrielles, que cela soit dans la construction navale, l'armement, l'électroménager, etc .... Basée sur une plate forme d'Opel Kadett, et reprenant dans les grandes lignes sa carrosserie, la Nexia des années 90 était un objet banal, destiné aux ménages à budget serré, mais doté d'une excellent rapport équipement / prix. Daewoo tenta une percée dans certains pays européens en vendant ses voitures dans les galeries commerciales sans passer par un réseau de concessionnaires, sans succès ...


Daewoo Nexia


Opel Kadett


Daewoo Royale Prince / Opel Rekord

Daewoo et la General Motors, c'est un peu  " je t'aime moi non plus ". En 1972, la GM faisait l'acquisition du la moitié du capital de Daewoo, puis s'en séparait en 1992, avant de revenir en 2002 ... Entre temps, quelques modèles bien germaniques connurent leurs heures de gloire en Corée, comme cette Daewoo Royale Prince, l'équivalent de l'Opel Rekord allemande. 


Daewoo Royale Prince


Opel Rekord


Daewoo G2X / Opel GT

Toujours au sein de la General Motors, l'Opel GT, alias Vauxhall en Grande Bretagne, alias Saturn Sky et Pontiac Solstice aux States, prenait également du service en Asie à partir de 2007 chez Daewoo, sous le doux nom de G2X.


Daewoo G2X


Opel GT


Volvo 66 / Daf 66

Plus connu pour ses poids lourds, Daf présentait sa première automobile en 1958. La Daf fut rendue célèbre grâce à son système Variomatic à changement de vitesse automatique. La gamme se développa régulièrement, jusqu'au rachat de la division automobile par Volvo en 1975. Dès lors, la dernière Daf née en  1973 prenait le nom de Volvo 66. Sa production fut suspendue en 1980.


Volvo 66


Daf 66


Daf 77 Sedan / Volvo 343

Imaginée par Daf sous le code 77 pour succéder à la 66 , la voiture présentée en février 1976 fut donc finalement commercialisée sous le nom de Volvo 343. Elle disposait d'une transmission Variomatic comme les Daf, et d'un moteur Renault. La carrière de cette série fut prolongée jusqu'en 1991.


Daf 77 Sedan


Volvo 343


Dinalpine Renault / Alpine Cabriolet

Dina (Diesel National) voyait le jour au Mexique en 1962, pour produire des autobus et des camions, et pour diffuser des voitures de la marque Fiat. Peu de temps après, Dina proposait plusieurs modèles Renault : Dauphine, R4, R8, R10 et R12. En 1965, Dina obtenait une licence pour fabriquer différentes versions de l'Alpine Renault. L'Alpine fut aussi commercialisée au Brésil, sous le nom de Willys Interlagos. La production mexicaine des Alpine s'arrêtait en 1974.


Dinalpin


Alpine Cabriolet


Willys Interlagos / Alpine A 110

Cette filiale brésilienne du constructeur américain Willys commença à fabriquer des Jeep en 1954, puis s'intéressa aux voitures particulières à partir de 1958. Dès 1959, la firme fabriquait des Renault sous licence, puis à partir de 1961 l'Interlagos basée sur l'Alpine de Jean Rédélé. En 1967, Willys fusionnait avec Ford do Brasil.


Willys Interlagos


Alpine A 110


DKW Vemag

DKW était au début des années 60 la seule marque rescapée du puissant groupe Auto Union qui réunissait avant guerre Audi, Horch, Wanderer et DKW. DKW Vemag en était la filiale brésilienne. La gamme commercialisée au Brésil était assez similaire à celle proposée en Allemagne, mais avec des dénominations différentes. La 3=6 devenait Belcar en berline et Vemaguet en break, le 4 x 4 F 91 était baptisé Candongo. En 1963, DKW Vemag proposait pour la première fois un modèle spécifique au marché brésilien, le coach Fissore (en jaune ci-dessous).


DKW Vemag (Brésil)


DKW 3=6 (Allemagne)


Hillmann Avenger / Volkswagen 1500

Chrysler en pleine tourmente à la fin des années 70 remettait en question plusieurs de ses participations à l'étranger. En 1982, le groupe Volkswagen, bien implanté au Brésil et au Mexique, mais encore absent en Argentine, rachetait la filiale locale de Chrysler. Le constructeur d'origine allemande y poursuivait jusqu'en 1991 la fabrication de l'Avenger. Le détail de l'histoire en cliquant ici.


Hillman Avenger


Volkswagen 1500


Dodge Omni / Simca Horizon

La Dodge Omni et la Plymouth Horizon présentées en 1978 étaient deux tractions avant commercialisées aux Etats Unis. Elle étaient basées sur la Simca Horizon française, dont elles reprenaient le dessin de la carrosserie. Elles contribuèrent par leur succès à remettre le groupe Chrysler dans le droit chemin des résultats positifs, faisant passer les immenses paquebots de type New Yorker ou Imperial des années 70 pour des objets préhistoriques.


Dodge Omni


Simca Horizon


Dodge Challenger / Mitsubishi Sapporo

Bien que présentée après ses concurrentes, la " vraie " Dodge Challenger, produite de 1970 à 1974, faisait partie de la grande famille des pony cars, née aux Etats Unis en 1964 avec la Ford Mustang. Le nom Challenger fut repris par Dodge entre 1978 et 1983 pour désigner sur le marché américain un coupé Mitsubishi à mécanique quatre cylindres, connu en Europe sous le nom de Mitsubishi Sapporo.


Dodge Challenger


Mitsubishi Sapporo


Dodge Monaco / Renault 25

La Dodge Monaco évoque plus aux yeux des puristes la belle américain " full size " produite par le groupe Chrysler entre 1965 et 1978 que la pauvre berline assez insipide présentée ici. Ce fut pourtant la marque et le nom choisis par le groupe Chrysler pour désigner de 1990 à 1992 cette voiture, née Eagle Premier au printemps 1987, et étudiée en collaboration avec Renault, ce qui explique ses faux airs de Renault 25.


Dodge Monaco


Renault 25


Dodge Stealth / Mitsubishi 3000 GT

La Mitsubishi GTO était une voiture de sport construite au japon entre 1990 et 2001. Sur de nombreux marchées, en France notamment, elle fut rebaptisée 3000 GT, tandis qu'aux Etats Unis, entre 1991 et 1996, elle fut insérée dans la gamme Dodge sous le nom de Stealth. Quelques nuances d'ordre esthétique permettaient de différencier la GTO / 3000 GT de la Stealth.


Dodge Stealth


Mitsubishi 3000 GT


Dodge 3700 GT / Dodge Argentine

La Dodge 3700 GT commercialisée par Chrysler Espana à partir de 1971 était dérivée d'un modèle argentin présenté en 1969. Elle était animée par un 6 cylindres de 3687 cm3 qui développait 165 ch SAE. Il s'agissait alors de la plus grosse et de la plus coûteuse voiture de série vendue en Espagne. Elle véhiculait notamment de nombreux membres du gouvernement. Sa production fut arrêtée en 1977, alors que Chrysler en pleine débâcle se retirait d'Europe. 


Dodge 3700 GT par Chrysler Espana


Dodge par Chrysler Argentine, 1969


Eagle Medallion / Renault 21

La marque Eagle réunissait les anciens modèles American Motors, entreprise rachetée par Chrysler à Renault en 1987. La Medallion, version américaine de la R 21, était préparée en France dans l'usine Renault de Maubeuge. Elle se distinguait de la version européenne par divers détails d'équipements, notamment des pare chocs plus débordants.


Eagle Medallion


Renault 21


FAW Hongqi Mingshi / Audi 100

Avec la Passat, L'Audi 100 fut l'une des premières voitures du groupe VAG à être produite en Chine, par le biais d'un joint venture avec l'entreprise d'état First Auto Work (FAW). Quand VAG jugea ce modèle dépassé, FAW reprit les droits et les outillages, et continua à le produire sous sa propre marque de véhicule de prestige, Hong Qui (drapeau rouge), mais avec une mécanique Chrysler.


FAW Hongqi Mingshi


Audi 100


Fiat Concord 1500 Coupé Vignale

Fiat est présent de manière officielle en Argentine depuis 1919, et y a créé son premier site de production en 1960, afin de répondre aux nouvelles lois qui prévoyaient un taux d'intégration locale minimum de 70 %. Diffusée sous la marque Fiat Concord, la gamme des années 60 était constituée à la fois de modèles italiens (600, 1500), mais aussi de versions spécifiques inconnues en Europe, comme cet élégant coupé Fiat 1500 fabriqué sous licence Vignale à partir de 1968.


Fiat Palio

Fiat produisait sa première voiture au Brésil en 1976. Il s'agissait de la Fiat 147, équivalent local de la Fiat 127 européenne. Dans l'esprit de la Logan d'aujourd'hui, la Fiat Palio fut conçue il y a plus de quinze ans pour être la première voiture mondiale du constructeur turinois. Sa production débuta au Brésil en 1996, avant de s'étendre dans de nombreux pays à travers le monde : Maroc, Argentine, Turquie, Inde, Chine, etc ...


Fiat Tempra

En dehors des modèles connus en Europe, la gamme Fiat brésilienne comportait durant les années 90 une version deux portes de la Tempra, spécifique à ce marché. Son deux litres turbo de 165 ch propulsait la latino américaine à 220 km/h.


Fiat Tempra Brésil


Fiat Tempra Europe


Fiat Perla

Modèle conçu conjointement par Fiat et Nanjing Fiat Automobile (fruit d'un joint venture), la Perla, un dérivé du programme Palio initié par Fiat durant les années 90, était une berline classique à quatre portes avec un coffre, destinée au marché chinois.


Fiat Sideci / Suzuki SX4

Le SUV Fiat Sideci résulte d'un accord passé avec Suzuki. C'est en effet le frère jumeau du SX4 japonais. Seule la face avant permet de différencier les deux modèles. Fiat absent de ce segment de marché parvient ainsi à moindre frais à se faire une place au soleil face à une concurrence très active. Les deux voitures sortent de l’usine hongroise de Suzuki.


Fiat Sideci


Subaru SX4


Ferrari, non pas tout à fait .... Ces quatre voitures ont un point commun. C'est celui d'être équipées de mécaniques conçues sous l'autorité du Commendatore. Mais aucune d'entre elles ne porte le nom magique (sauf la 246 GT aux Etats Unis) ! Dans l'ordre, Asa 1000 GT, Dino 246 GT, Fiat Dino et Lancia Thema 8.32.


Asa 1000 GT


Dino 246 GT


Fiat Dino


Lancia Thema 8.32


Ford Vedette / Simca Vedette

La nouvelle gamme Ford fut présentée à la presse le 15 septembre 1954, avant d'être exposée au salon de Paris. Les commandes du salon furent livrées en novembre sous la marque Ford. Le 1er décembre, la société Ford SAF n'avait plus d'existence juridique. Les Ford Vedette devenaient des Simca Vedette. Environ 1000 voitures furent produites sous le label Ford.


Dépliant conçu pour Ford


Extrait d'une publicité Simca


Ford Aspire / Kia Avella

Construite en Corée durant les années 90 sous le nom de Kia Avella et vendue aux Etats Unis sous le nom de Ford Aspire, cette petite voiture avait bien peu d'atout - en dehors de son prix - pour séduire la clientèle nord américaine qui ne s'y trompa pas. Les Kia étaient à l'époque techniquement apparentées aux Mazda. Ford était pour sa part entré au capital de Mazda en 1979. 


Ford Aspire


 Kia Avella


Ford Ikon / Ford Fiesta

Basée sur la plate forme d'une ancienne Ford Fiesta (1999-2002), cette berline trois volumes est réservée au marché indien.


Ford Ikon


Ford Fiesta


Ford Anglia Torino / Ford Anglia UK

La Ford Anglia Torino était dérivée de l'Anglia britannique. Elle en utilisait le châssis, les portes, le pare brise et toute la mécanique. Le reste de la carrosserie avait été redessiné dans un style plus classique par Michelotti. La voiture assemblée par Officina Stampaggi Industriala (OSI) fut commercialisée entre 1965 et 1969.


Ford Anglia Torino


Ford Anglia UK


Ford Versailles / Volkswagen Santana

Cette Ford Versailles était un des fruits de la collaboration entre Volkswagen et Ford sur le marché brésilien entre 1987 et 1996 au sein d'Autolatina. Cette version de la Santana était disponible en coach deux portes, en berline et en break simplement dénommé Royale.


Ford Versailles


Volkswagen Santana


FSO Lanoz / Daewoo Lanoz

Pour le public français, la plus connue des FSO (Fabryka Samochodow Osobowych, soit Usine d'Automobiles Particulières) demeurent sans conteste la Polski Fiat 125, régulièrement importée en France par André Chardonnet à partir des années 70. FSO était privatisé en 1995. Daewoo se portait alors acquéreur de 70 % du capital. La première Daewoo FSO Lanoz sortait de chaîne en août 97.


Volga Siber / Chrysler Sebring

Le groupe GAZ dévoilait en 2007 la Siber, construite sous licence Chrysler. Il s'agit de l'ancienne Chrysler Sebring adaptée pour les besoins du marché russe, avec en particulier des suspensions raffermies et une garde au sol rehaussée. Les différences esthétiques sont mineures entre les deux modèles, et concernent surtout la grille de calandre et les feux.


Gaz Siber


Chrysler Sebring


Hindusthan Ambassador / Morris Oxford

Cette entreprise née en Inde en 1946 a depuis lors régulièrement fabriqué sur place des modèles étroitement dérivés des Morris. La plus emblématique d'entre elles est certainement l'Ambassador, produite depuis 1957 sur une base de Morris Oxford Série III. Ce modèle est encore au catalogue de nos jours, mais sa part de marché n'excède plus 1 %.


Hindusthan Ambassador


Morris Oxford


Hindustan Contessa / Vauxhall Victor

La Hindustan Contessa était un modèle fabriqué en Inde, grâce aux droits et à l'outillage acquis auprès de Vauxhall, filiale britannique de la General Motors. Elle dérivait de la Vauxhall Victor produite outre Manche entre 1972 et 1978. Sa production fut suspendue en 2002.


Hindusthan Contessa


Vauxhall Victor


Honda Crossroad / Rover Discovery

La liaison Honda / Rover donna naissance à cette version japonaise du Land Rover Discovery de première génération, commercialisé entre 1993 et 1998. Le rachat de Land Rover par BMW en 1994 allait bientôt mettre un terme à ce type d'échange entre Land Rover et Honda.


Honda Crossroad


Land Rover Discovery


Honda Jazz / Opel Frontera

Parallèlement à sa commercialisation par Opel, Honda distribua au Japon le Frontera châssis court, orné du logo Honda, sous le nom de Jazz. Il fut aussi diffusé sous les marques Isuzu, Holden et Vauxhall. Le nom Jazz fut réutilisé quelques années plus tard par Honda pour désigner une petite citadine.


Honda Jazz


Opel Frontera


IES / Citroën 2 CV

Citroën Argentina SA voyait le jour en 1959. Le premier modèle à y être fabriqué fut la 2 CV, qui pour répondre aux lois du pays présentait un fort taux d'intégration d'éléments locaux. En 1979, la situation économique conduisait Citroën Argentina a cesser ses activités. 223 443 Citroën avaient été produites depuis 1959. Une nouvelle entité fut créée, Automoviles Citroën SA, propriété du groupe Daher Boge, fabricant d'amortisseurs, qui assurait la vente des véhicules importés et l'après vente Citroën. La guerre des Malouines de 1982 mettait fin à ces importations. La production d'une Citroën fut relancée cette même année par le président de Daher Boge, qui nomma sa nouvelle société IES (Industria Eduardo Sallari). IES cessait ses activités en 1989.


IES 3 CV


Citroën 2 CV


IKA Carabela / Kaiser

Après que Kaiser ait suspendu la production de sa berline Manhattan aux Etats Unis en 1954, l'outillage fut transféré vers l'Argentine. A cette occasion, un nouveau constructeur automobile vit le jour sous le nom d'IKA, pour Industrias Kaiser Argentina. Le gouvernement argentin possédait une part du capital. Faiblement taxé par rapport aux importations étrangères, la Carabela y rencontra un certains succès. Les mécaniques étaient d'origine Willys, tandis que les suspensions étaient renforcées pour faire face aux difficiles conditions de circulation locale. 10 283 exemplaires furent produits jusqu'en 1962.


IKA Carabella


Kaiser 1954


IKA Bergantin / Alfa Romeo 1900

Alors que la production de la Carabela touchait à sa fin, IKA racheta à Alfa Romeo les droits et les outillages de la berline 1900 fabriquée à Milan de 1950 à 1958. La Bergantin était démunie de sa calandre emblématique et de sa mécanique pétillante. La production, environ 5000 exemplaires, s'échelonna de mars 1960 à février 1962.


IKA Bergantin


Alfa Romeo 1900


IKA Torino / Rambler American

La Torino succédait en 1966 aux IKA Carabela et Bergantin. Elle fut construite jusqu'en 1982 sous licence American Motors, sur la base d'une Rambler American. Son dessin d'inspiration européenne (et pour cause, Pininfarina était passé par là) était spécifique à ce modèle argentin. Disponible en coach deux portes ou en berline quatre portes, la Torino était un modèle très populaire dans son pays d'adoption. Renault rachetait IKA en 1975 pour constituer Renault Argentine.


IKA Torino


Rambler American


Innocenti IM3 / Morris 1100

Innocenti voyait le jour en Italie en 1961 en produisant sous licence l'Austin A40. Durant les années 60, l'offre se développa avec d'autres modèles,  notamment cette IM3 qui était la soeur jumelle de la Morris 1100. Innocenti s'associait en 1972 avec le groupe British Leyland, et présentait en 1974 une Mini inédite carrossée par Bertone.


Innocenti IM3


Morris 1100


Innocenti Mini t / Austin et Morris Mini

Le contraste est frappant entre la sonorité italienne du nom Innocenti et le style so  british de la Mini. Avant la Mini de Bertone, celle d'Alec Issigonis, construite sous licence British Motor, fit un tabac dans la gamme du petit constructeur italien. Elle se voulait plus luxueuse et mieux finie que la version anglaise.


Innocenti Mini t


Morris Mini Traveller


Innocenti Koral / Zastava Yugo

Le constructeur serbe Zastava a toujours entretenu des liens très étroits avec Fiat. La Zastava Yugo était à l'origine un projet imaginé par les ingénieurs de Fiat pour succéder à la 127. Refusé par la direction du constructeur turinois,  il fut repris chez Zastava. Les exportations vers l'Italie se faisaient sous le nom Innocenti, marque qui diffusait également les Fiat Uno en provenance du Brésil, après que ce modèle ait été retiré de la gamme italienne. La marque Innocenti et son usine historique disparaissaient du paysage automobile en 1997.


Innocenti Koral


Zastava Yugo


Iran Khodro Paykan 1600 / Hillman Hunter

A partir de 1967, Hillman exportait en Iran la Hunter sous forme CKD (Completely Knocked Down, ou lot de pièces détachées). Les éléments étaient assemblés dans l'usine locale de Iran Khodro. Ce n'est qu'à la fin des années 70, quand le groupe Chrysler à qui appartenait désormais Hillman, décida de retirer ce modèle de son programme de fabrication, que les droits et les outillages furent cédés au gouvernement iranien, afin de construire sur place la Paykan. L'avant et l'arrière étaient retouchés, mais la silhouette demeurait identifiable. Les suspensions étaient renforcées pour faire face aux dures conditions de conduite locale. La Paykan iranienne tirait officiellement sa révérence en 2005.


Iran Khodro Paykan 1600


Hillman Hunter


Iran Khodro Pars / Peugeot 405

Le constructeur Iran Khodro et PSA collaborent depuis 1988. La dernière évolution de la Peugeot 405 produite en Iran porte le nom de Pars. Par rapport au modèle produit en France jusqu'en 1995, l'avant et l'arrière sont redessinés.


Iran Khodro Pars


Peugeot 405


Iran Khodro Samand / Peugeot 406

La Samand dérive de la Peugeot 406. Elle est produite en Iran depuis 2002. Les modifications esthétiques sont notables par rapport à la version française,  en particulier au niveau de la calandre qui évoque le style Skoda, ainsi qu'à l'arrière de la voiture. Avec ce type de véhicule moderne, Iran Khodro ambitionne désormais un développement de ses ventes vers d'autres pays.


Iran Khodro Samand


Peugeot 406


Isuzu Hillman Minx / Hillman Minx

Isuzu Motors vit le jour en 1949 en fabriquant à ses débuts des utilitaires. A partir de 1953, la marque proposait une Hillman Minx construite sous licence. Nissan faisait de même à cette époque avec des modèles Austin. La première vraie Isuzu fut proposée à partir de 1961.


Isuzu Hillman Minx


Hillman Minx


Opel Kadett et consoeurs

Véritable World Car avant l'heure, on retrouvait la  Kadett allemande de troisième génération (produite à partir de 1974) à travers le monde, aux Etats Unis, en Amérique du Sud, en Australie, en Grande Bretagne, en Corée ...  parfois partiellement restylée, sous des noms aussi divers que Isuzy Gemini, Holden Gemini, Chevrolet Chevette, Daewoo Maepsy, Pontiac T 1000, Vauxhall Chevette, etc ...


Opel Kadett


Isuzu Gemini


Opel Gemini (Thaïlande)


Vauxhall Chevette (Grande Bretagne)


Chevrolet Chevette (Brésil)


Daewoo Maepsy


Rajah Motors Kazwa / Renault Trafic

La société indienne Rajah Motors prévoyait en 1998 de commercialiser ce véhicule directement inspiré de notre Espace national de première génération, mais équipé d'une mécanique Isuzu.


Rajah Motors Kazwa


Renault Espace


Kia Brisa / Mazda Familia

La société Kia était fondée le 1er décembre 1944 par Chui-Ho Kim. Elle fabriquait à l'origine des tubes et des pièces détachées pour cycles. La commercialisation de la première bicyclette de la marque date de 1952, celle du premier scooter de 1957 et celle de la première moto de 1961. C'est en 1974 que Kia proposa la première voiture coréenne, la Brisa, dérivée de la Mazda Familia.


Kia Brisa


Mazda Familia


Kia Elan / Lotus Elan

Après l'arrêt de la production de la Lotus Elan en Grande Bretagne en 1995, la licence et les outillages furent revendus au constructeur généraliste coréen Kia qui souhaitait embellir sa gamme de tristes berlines avec un modèle un peu plus glamour. Environ 1000 exemplaires furent fabriqués.


Kia Elan


Lotus Elan


Lada 2101 / Fiat 124

Le 15 août 1966, le Ministère du Commerce Extérieur de l'URSS et Fiat signaient un accord de collaboration pour le développement d'une automobile, ainsi que pour la construction d'une usine. Dérivée de la Fiat 124, la carrosserie  et la structure de la Lada 2101 avaient été renforcées afin de répondre aux conditions précaires du réseau routier et du climat russe.


Lada 2101


Fiat 124


Premier Padmini / Fiat 1100

Le constructeur indien Premier coopérait avec Fiat depuis 1954, et assemblait sur place des voitures importées en CKD, notamment la Fiat 1100 D. En 1967, le géant italien installait chez le constructeur indien une chaîne de montage de la Fiat 1100 D. En 1973, Fiat cédait la licence et la ligne de production à Premier. La 1100 D était désormais baptisée Padmini.


Fremier Padmini


Fiat 1100


Premier 118 / Fiat 124

En plus de l'ancienne Fiat 1100 D rebaptisée Padmini, le constructeur indien Premier proposait en 1978 le modèle 118 NE, sur la base de la Fiat 124 dont la production en Italie avait cessé en 1974. Le quatre cylindres de 1180 cm3 d'origine Nissan expliquait le nom de cette voiture. L'arrivée en Inde de voitures plus modernes dans les années 90 mettait un terme à la carrière de la 118 NE alors démodée.


Fiat 118


Lancia Phedra / Citroën C8

Comme le Zeta qui l'a précédé (1994-2002), la monospace Lancia Phedra a été conçu en collaboration avec PSA et Fiat. Ses cousins ont pour nom de baptême Citroën C8, Fiat Ulysse et Peugeot 807. Ils sont produits près de Valenciennes.


Lancia Phedra


Citroën C8


Leyland P76

En dehors des différents modèles Austin produits localement, Leyland Motor Corp of Australia présentait en 1973 une voiture complètement australienne, la P76, dessinée par Michelotti, dotée d'une mécanique Rover, et destinée à concurrencer les lourdes Ford et Holden (GM) d'inspiration américaine.


Austin Taxi / London Taxis / Geely TX4

Lors de l'annonce de l'arrêt de la production du FX 4 par la British Leyland, les chauffeurs de taxis britanniques s'élevèrent contre cette décision. C'est ainsi qu'en 1983 fut cédée au carrossier Carbodies la licence de ce modèle. En 1984, une nouvelle société fut formée sous le nom de London Taxis International pour fabriquer et commercialiser le fameux taxis. Aujourd'hui, c'est le constructeur chinois Geely qui tente de l'imposer dans les mégalopoles de l'Empire du Milieu.


Austin Taxi


London Taxis


Geely TX4


Lubao CA6410 / Austin Maestro

Les Maestro et Montego ont connu une deuxième et une troisième vie en Chine, par l'intermédiaire de deux constructeurs locaux. Ce fut d'abord en 2000 le groupe Etsong, un entrepreneur implanté dans différents secteurs (voyage, construction ...) qui fit l'acquisition des droits et des outillages. Ceux ci furent revendus en 2003 au groupe FAW (First Auto Works) qui proposait alors la Lubao CA6410.


Lubao CA6410


 Austin Maestro


Matford / Ford

La marque Matford, issue du mariage de Mathis et de Ford, était présente pour la première fois au salon de Paris en 1934. Mathis détenait 48 % du capital de la nouvelle entité et Ford SAF 52 %. Le contrat qui unissait les deux sociétés portait sur une durée de cinq ans. Ford réussissait enfin là ou il avait buté depuis bientôt 30 ans : devenir un constructeur français à part entière. Le détail de cette histoire est à lire ici.


Ford V8 Série 48


Matford V8 FV 81


Maruti 800 / Suzuki Alto

Le constructeur indien Maruti est détenu à 54 % par le japonais Suzuki. Il domine son marché avec des modèles Suzuki de faible cylindrée. La 800, une Suzuki Alto des années 80, a longtemps figuré au premier rang des immatriculations indiennes, mais elle a depuis 2005 cédé sa place de leader à des modèles plus modernes. 


Maruti 800


Suzuki Alto


Mazda 121 / Ford Fiesta

Ford rentrait pour 25 % dans le capital du japonais Mazda en 1979. Mais en 2008, sa participation chutait à 13 %. La crise était là, et Ford avait besoin de liquidités pour se restructurer. Depuis plus de 30 ans, les deux constructeurs ont partagé plate formes, carrosseries et moteurs afin de réaliser des économies d'échelle. La Mazda 121 illustrée ici, identique à la Ford Fiesta allemande de 1999, en est un parfait exemple.


Mazda 121


Ford Fiesta


Mazda Roadpacer / Holden HJ Premier

La Mazda Roadpacer assemblée au Japon entre 1975 et 1977 était étroitement dérivée de la Holden HJ Premier. La Holden étaient expédiée par bateau d'Australie vers le Japon, sans moteur. Mazda équipait alors cette grande berline d'une mécanique Wankel. Cette voiture principalement destinée aux fonctionnaires de haut rang n'a pas vraiment rencontré le succès escompté. Environ 800 unités furent produites. La plupart ont été détruites à l'issue de leur carrière officielle, ce qui en fait un modèle extrêmement rare aujourd'hui.


Mazda Roadpacer


Holden HJ


Merkur XR4Ti / Ford Sierra XR4i

Le public américain ne connaît pas la Ford Sierra. Et pourtant ... La Merkur XR4 Ti, une version américanisée de la Ford Sierra XR4i allemande née en juillet 1983, était présentée en 1985. La XR4 Ti adoptait un 2,3 litres Turbo de 177 ch, non disponible en Europe. L'imposante berline Scorpio fut aussi commercialisée sous la marque Merkur, mais sans succès. Cette division de Ford fut abandonnée en 1989.


Merkur XR4Ti


Ford Sierra XR4i


Frontenac / Ford Falcon

Ford Canada proposait en 1960 une nouvelle berline compacte. Pour l'occasion, une nouvelle marque fut créée, Frontenac, en hommage à Louis de Buade, comte de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle France à partir de 1672. Ce modèle équivalent à la Ford Falcon était localement diffusé par le réseau Mercury. Il en fut vendu 8400 exemplaires en 1960. La Frontenac ne dura qu'une année. A partir de 1961, les concessionnaires Mercury vendaient la Comet.


Frontenac


Ford Falcon


MG Montego / Austin Montego

Version sportive de l'Austin Montego, la MG du même nom fut fabriquée de 1985 à 1991. Elle se caractérisait par une puissance de 149 ch obtenue grâce à l'adoption d'un turbocompresseur. Les  " vraies " MG avaient disparu depuis 1980. La présence du logo magique sur une banale berline Austin d'une esthétique discutable avait de quoi faire hurler au scandale les puristes fidèles aux productions d'Abingdon.


MG Montego


Austin Montego


Moke par Morris, Leyland et Cagiva

La Mini Moke a connu trois périodes dans sa longue vie. 14500 Moke virent le jour en Grande Bretagne sous la marque Austin entre 1964 et 1968, puis 26000 en Australie sous les noms de Morris Mini Moke et Leyland Moke entre 1966 et 1981. Enfin, c'est Cagiva au Portugal qui en fabriqua environ 10000 sous licence entre 1980 et 1993.


Austin Mini Moke, 1966


Moke " manufactured in Portugal by Moke Automobili Spa. part of the Cagiva Group, 1991


Monteverdi Sahara / International Harvester Scout

Monteverdi cessait la production de ses luxueux coupés en 1976, et se reconvertissait dans un premier temps dans l'habillage de 4 x 4 ordinaires en véhicules de luxe. Son premier modèle fut le Sahara sur la base d'un International Harvester Scout. L'intérieur recevait un nouvel aménagement et la face avant était redessinée.


Monteverdi Sahara


International Harvester Scout - Source : http://www.azbluewhale.com/Scout.html


Monteverdi Tiara / Mercedes Classe S

A défaut de pouvoir financer l'étude d'une nouvelle berline de luxe inédite, Monteverdi se concentra en 1982 sur l'amélioration de la Mercedes Classe S. L'habitacle était encore plus luxueusement traité, tandis que l'avant et l'arrière de la Tiara étaient redessinés. Mais les nouvelles lignes droites étaient peu en harmonie avec les courbes de la Mercedes. La calandre rappelait étrangement les Alfa Romeo Alfetta d'alors, tandis que les feux arrière provenaient de la Peugeot 505. Monteverdi cessait toute production automobile en 1984. Triste épilogue.


Monteverdi Tiara


Mercedes Classe S


Nash Metropolitan / Metropolitan 1500 (BMC)

Avant les VW Beetle, Renault Dauphine et autre Nissan ou Toyota, la Nash Metropolitan fut la première voiture entièrement construite en dehors des Etats Unis à conquérir le Nouveau Monde. Bien que de conception américaine, c'est la British Motor Corporation (BMC), via ses deux branches Austin et Fisher & Ludlow qui en assura la production, sur la base de l'Austin A40, de 1953 à 1962. Le modèle fut également commercialisé en dehors des Etats Unis par la BMC sous le nom de Metropolitan 1500.


Nash Metropolitan


Metropolitan 1500 (BMC)


Monarch / Mercury

La marque Monarch fut lancée en 1946 par le groupe américain Ford. Il s'agissait de voitures proches des Mercury américaines, vendues exclusivement au Canada par les représentants de Ford. Il n'y eut pas de Monarch en 1958, la marque ayant été suspendue au profit de Edsel. Un total de 95 000 voitures furent produites jusqu'en 1961.


Monarch 1949


Mercury 1950


Namco Pony

La National Motor Company (Namco), un important concessionnaire Citroën en Grèce, disposait d'une usine d'assemblage. Séduit par la Baby Brousse, un dérivé tout chemin de la 2 CV produit en Côte d'Ivoire mais aussi en Grèce, Namco décidait de concevoir un véhicule similaire sur la base de la Dyane 6. Malgré des exportations vers plusieurs pays d'Europe et d'Afrique du Nord, l'usine prévue pour assembler jusqu'à 3500 voitures par an n'atteignit jamais cet objectif. La production cessait en 1984. La Pony était alors remplacée par un modèle équipé d'une mécanique Ford.


Naza 206 / Peugeot 206

En 2005, le constructeur automobile Naza (Malaisie) annonçait la signature avec PSA d'un contrat de fabrication de la Peugeot 206. Cet accord prévoyait la production de 50000 voitures jusqu'en 2010, avec un  programme d'exportation vers l'Indonésie et la Thaïlande.


Naza 206


Peugeot 206


Zastava 750 L / Fiat 600

Zastava, puissante entreprise d'état yougoslave, débutait en 1954 la production automobile en assemblant des Fiat sous licence. La 750 était une version locale de la Fiat 600, fabriquée entre 1965 et 1985, à 923 487 exemplaires.


Neckar Jagst 770 / Fiat 600

NSU abandonnait en 1929 la production automobile. Fiat rachetait son usine  pour y assembler des voitures destinées au marché allemand et vendues sous la marque NSU Fiat. En 1958, NSU renouait avec le métier de constructeur automobile. NSU Fiat renonçait à cette marque, et adoptait le nom de baptême de Neckar. Neckar produisait à la fois des modèles spécifiques au marché allemand, mais aussi des proches dérivés des Fiat et Autobianchi.


Neckar Jagst 770


Fiat 600


Neckar Mistral / Siata 1500 TS

Neckar, filiale allemande du groupe Fiat, présentait en 1962 le coupé Mistral. Il s'agissait d'un modèle développé et également produit par Siata, entreprise fondée en Italie en 1926 et spécialiste des versions spéciales sur base Fiat. On devinait sur la Mistral la touche du styliste Michelotti, notamment au niveau de la face avant à la manière des Triumph contemporaines.


Nissan Austin A 40 et A 50 / Austin A 40 et A 50

Après des débuts tumultueux, la marque Nissan se concentrait entre 1953 et 1960 sur la production de voitures Austin A 40 et A 50 sous licence. La première Nissan moderne qui ne devait rien à un autre constructeur ne voyait le jour qu'en 1960. Les débuts de Nissan sur ce site, c'est ici.


Austin A 40 et A 50 par Nissan


Austin A 40 et A 50 par Austin


Nissan Platina / Renault Thalia

La Renault Clio, best seller de Renault depuis les années 90, est proposée sur de nombreux marchés étrangers en version trois volumes. Elle prend alors selon les pays les noms de Clio Classic, Clio Symbol, Clio Sedan, Thalia, etc ... Elle est aussi vendue dans certaines contrées d'Amérique du Sud sous la marque Nissan, partenaire de Renault, et porte alors le nom de Platina.


Nissan Platina


Renault Thalia


Nissan Kubistar / Renault Kangoo

Le Nissan Kubistar, disponible à partir de 2003, était identique au Renault Kangoo de première génération, à quelques détails près (volant et face avant). Il était fabriqué dans l'usine Renault de Maubeuge. Sa production demeura modeste au regard de la version badgée Renault, avec moins de 3 % des volumes de Kangoo. Cet échange d'écusson ne fut pas renouvelé avec le Kangoo de seconde génération mis en vente début 2008, afin d'éviter la confusion d'identité qu'avait créé le premier modèle dans l'esprit du public.


Nissan Kubistar


Renault Kangoo


Nissan Aprio / Dacia Logan

Renault absent du marché mexicain n'a pas souhaité investir dans une campagne de communication pour promouvoir l'Aprio, une Dacia Logan fabriquée au Brésil. Celle ci est donc commercialisée sous la marque et à travers le réseau Nissan, bien implanté dans ce pays.


Nissan Aprio


Dacia Logan


Nissan Sentra B13 / Nissan Sunny

Près de vingt ans après, l'ancienne Nissan Sunny née en 1991 poursuit sereinement sa carrière dans plusieurs pays d'Amérique du Sud. Ainsi elle s'appelle Tsuru au Mexique, V16 au Chili, Sentra B13 en Bolivie, Sentra Clàsico au Pérou et en République Dominicaine.


Nissan Sentra B13


NSU K 70 / Volkswagen K 70

NSU avait repris la production automobile en 1958, après un intermède de presque trente ans. La K 70 fut étudiée par NSU, mais commercialisée sous la marque Volkswagen après l'absorption de NSU par le géant allemand en 1971. Vendue plus chère que ses rivales, ce fut un échec commercial. Le succès de la Golf à partir de 1974 allait effacer le souvenir de la K 70 dans les mémoires.


NSU K 70


Volkswagen K 70


Oltcit / Citroën Axel

L'Oltcit (Olténie + Citroën), présentée en octobre 1981 fut produite en Roumanie jusqu'en 1990. Dans le domaine des véhicules low cost, ce fut un précurseur, un quart de siècle avant le succès de la Logan. Elle fut distribuée en France par le réseau Citroën sous le nom d'Axel. Le style rappelait immanquablement la Visa, en plus laid encore. Et pour cause, l'Olcit était à l'origine un projet Citroën abandonné lors du rachat par Peugeot en 1974. L'Axel ne rencontra pas le succès escompté dans notre pays, sans doute en raison de son  style maladroit, d'une conception déjà ancienne, et d'un manque de motivation du réseau pour la vendre.


Oltcit


Citroën Axel


Suzuki Wagon R / Opel Agila

En 2000, General Motors était déjà présent dans le capital du japonais Suzuki à hauteur de 9,9 % quand des contacts furent établis pour la conception de l'Opel Agila (première génération), qui allait partager la même base et les mêmes fournisseurs avec la Suzuki Wagon R. L'une était fabriquée en Pologne, l'autre en Hongrie. Chaque constructeur avait conservé ses moteurs, et seuls quelques détails esthétiques différenciaient extérieurement les deux modèles.


Suzuki Wagon R


Opel Agila


Panther Rio / Triumph Dolomite

Le constructeur de répliques Panther (la J72, la De Ville ...) proposait en 1976 la Rio, une Triumph Dolomite personnalisée, dotée d'une calandre façon Rolls Royce et d'un habitacle particulièrement soigné, à près de trois fois le prix d'un modèle standard. Trente huit exemplaires furent produits jusqu'en 1978.


Panther Rio


Triumph Dolomite


Polksi Fiat 125 / Fiat 125

Fiat et la Pologne, c'est une collaboration qui dure depuis 1934, date à laquelle le constructeur italien participa à la conception d'un véhicule destiné à motoriser les troupes polonaises. Un accord de licence fut signé entre Fiat et le gouvernement polonais en 1965, qui prévoyait localement la production d'une copie de la Fiat 125. La version Polsksi Fiat se différenciait de l'original italien par ses phares ronds en lieu et place des phares carrés. En 1982, la licence arrivait à son terme. Le nom et l'écusson Polski Fiat disparaissaient au profit de FSO. Toutes versions confondues, Polski Fiat et PSO, il fut produit de 1967 à 1991 un total de 1 444 791 exemplaires de cette descendante de la Fiat 125.


Polksi Fiat 125


Fiat 125


Proton Tiara / Citroën AX

Proton, ou PeRusahaan OTOmobil Nasional qui se traduit par Entreprise Nationale d'Automobiles, fut créé en Malaisie en 1983, à partir de la volonté du gouvernement de construire une industrie automobile nationale. Ce constructeur avait alors deux actionnaires, l'état Malais et Mitsubishi. Après avoir fabriqué un modèle Lancer, Proton commercialisait à partir de 1997 la Tiara (diadème en Malais), une AX à cinq portes dont les éléments étaient importés de France et qui étaient ensuite assemblés en Malaisie. Peu adaptée à ce marché, d'une finition perfectible, ce fut un échec commercial. En trois ans, moins de 30 000 Tiara furent fabriquées.


Proton Tiara


Citroën AX


Mercedes G / Puch G / Peugeot P4

Le Mercedes Classe G (Geländewagen, tout terrain en allemand) fut présenté en 1979. Sa production est depuis assurée à Graz en Autriche chez Steyr Puch, constructeur célèbre pour son 4 x 4 Pinzgauer. Quand Peugeot fut sollicité par l'armée française pour concevoir un véhicule de liaison, le P4, le constructeur Sochalien opta pour une base de Mercedes G, mais avec des mécaniques Peugeot.


Mercedes G


 Puch G


Peugeot P4


Qvale Mangusta  / De Tomaso Bigua / MG X-Power SV

La De Tomaso Bigua fut présentée au salon de Genève en mars 1996. La société américaine Qvale fit l'acquisition des droits sur cette sportive. Ainsi, la majorité des voitures produites furent vendues aux Etats Unis sous le nom de Qvale Mangusta. A l'issue de cette carrière américaine, les droits furent de nouveau cédés au groupe MG Rover, qui utilisa le châssis pour concevoir la très marginale MG X-Power SV, commercialisée en 2004 et 2005, avant que la faillite de MG Rover ne mette un terme à cette aventure.


Qvale Mangusta


De Tomaso Bigua


MG X-Power SV


GM Ranger / Opel Rekord

La Ranger vendue en Afrique du Sud de 1968 à 1973 était une synthèse de différents éléments en provenance de la General Motors. La carrosserie venait de chez Opel, la suspension de chez Vauxhall, la boîte automatique de chez Holden, le moteur de chez Chevrolet, etc ... La Ranger fabriquée à Anvers en Belgique de 1970 à 1976, et destinée à certains marchés européens, était dérivée de la  Ranger sud africaine. Elle étaient équipée de moteurs Opel. L'usine GM suisse de Biel-Bienne assembla aussi la Ranger de 1970 à 1975. Ensuite, la marque Ranger s'effaça au profit de Chevrolet en Afrique du Sud et de Opel en Europe.


GM Ranger


Opel Rekord


Renault Rambler / Rambler Classic Six

Renault possédait avant guerre plusieurs modèles de prestige dans sa gamme,  dotés de moteurs 8 cylindres. Au lendemain du conflit, le réalisme imposa aux dirigeants de la nouvelle régie de se concentrer sur une voiture populaire. Ce fut la 4 CV. Celle ci fut rejointe en 1950 par la Frégate, une " deux litres ", qui s'avéra au final être un échec technique et commercial. Aucune succession ne fut planifiée pour affronter les années 60. Afin de satisfaire la clientèle ayant les moyens de s'offrir un haut de gamme, un partenariat fut signé avec American Motors en 1961. Celui ci expédiait des Rambler Classic Six en CKD vers l'usine belge de Renault, qui les diffusait ensuite sur différents marchés européens, jusqu'en 1967. La Rambler est ici illustrée dans sa version initiale, remplacée par une carrosserie plus moderne en 1963.


Renault Rambler 1962


Rambler Classic Six 1962


Renault Siete / Renault 5

Réservée au marché espagnol, la Renault Siete, en fait une Renault 5 à quatre portes dotée d'un vrai coffre, fut produite par la filiale hispanique de la régie, la Fasa Renault, à environ 240 000 exemplaires entre 1974 et 1982.


Renault Siete


Renault 5


Sepand / Renault 5

Une version locale de la Renault 5 fut fabriquée en Iran à partir de  1977 par la SAIPA (Société Anonyme Iranienne de Production Automobile). Elle y était disponible en version cinq portes, bien avant que cette carrosserie ne soit commercialisée en France. Ensuite assemblées sous la marque Sepand, les dernières descendantes de la Renault 5 étaient dotées d'éléments mécaniques Kia et Mazda.


Sepand


Renault 5


Peugeot 4007 / Citroën C Crosser / Mitsubishi Outlander

Ce SUV est le fruit d'une union entre le japonais Mitsubishi et le français PSA. Il est produit au Pays Bas dans une usine appartenant à Mitsubishi, et au Japon. Commercialisé par Peugeot et Citroën en juillet 2007, soit cinq mois après la  version Outlander de Mitsubishi, on ne peut pas dire qu'il remporte un franc  succès en France avec seulement 2097 immatriculations pour Peugeot, 1913  pour Citroën et 459 pour Mitsubishi en 2009. Une alliance capitalistique fut annoncée fin 2009 entre PSA et Mitsubishi. Celle ci n'aura au final pas lieu. Cela n'empêche pas les deux industriels de travailler ensemble sur d'autres projets, en particulier une voiture électrique, ou la construction d'une usine commune en Russie.


Peugeot 4007


Citroën C Crosser


Mitsubishi Outlander


Fiat 124 Spider / Pininfarina Spider Europa

Dessiné par Pininfarina sur la base de la berline 124, ce cabriolet né en 1966 a été successivement vendu sous les marques Fiat puis Pininfarina. Le carrossier italien était en effet à partir de 1982 et jusqu'à la fin de la carrière du Spider Europa en 1985 à la fois son constructeur et son distributeur.


Fiat 124 Spider


Pininfarina Spider Europa


Renault Farma / Renault Rodéo

Mava, importateur grec de Renault, décidait en 1979 de produire un véhicule utilitaire léger à mécanique Renault, catégorie fiscalement favorisée dans ce pays. Mava tenait à ce que le Farma soit commercialisé comme étant un modèle Renault, et fit donc tester et approuver le prototype par la régie. Plusieurs  carrosseries étaient disponibles, soit à usage strictement utilitaire, soit pour le transport de passagers. La production du Farma cessait en 1985 après qu'un changement des règles de la fiscalité rende ce type de véhicule moins attrayant. La Farma rappelait dans l'esprit la Rodéo française.


Renault Farma


Renault Rodéo


Renault Gordini / Renault 17

Amédé Gordini le constructeur avait abandonné ses activités en 1957. Son nom magique pour toute une génération allait désormais être visible sur les versions sportives de la régie : Dauphine (1957-1967), R 8 (1964 - 1970), R 12 (1970 - 1974). Alors que la griffe Gordini ne semblait plus faire recette en France après la disparition de la R 12 du même nom, la régie conserva cette appellation sur le coupé Renault 17 vendu aux Etats Unis, simplement dénommé Renault Gordini.


Renault Gordini


Renault 17


Renault Alliance / Renault 9

Renault tentait un nouveau come-back aux Etats Unis au milieu des années 80. La régie venait de reprendre en main AMC, le 4ème constructeur américain au bord du gouffre. Fini les Pacer, Gremlin et autre bizarrerie au look douteux. Renault imposait ses Renault 9 et 11, baptisées pour l'occasion Alliance et Encore. Mais après des débuts prometteurs, ce fut un nouvel échec commercial. Entre temps, notre constructeur national s'était offert le luxe de proposer deux carrosseries spéciales, une deux portes et un cabriolet sur la base de la Renault 9.


Renault Alliance


Renault 9


Renault Fluence / Samsung SM3

La branche automobile du coréen Samsung créée en 1994 produisait depuis ses débuts des Nissan sous licence. Samsung, devenu propriété de Renault à hauteur de 80,1 % du capital en septembre 1980, présentait en 2009 sa seconde génération de SM3. Cette voiture est désormais disponible dans les concessions Renault sous le nom de Renault Fluence. Elle se positionne comme étant la version tricorps de la Mégane. Si la Fluence est produite en Turquie, il ne s'agit pas pour autant d'un modèle low cost comme la Logan. Au contraire, elle risque de titiller la Laguna sur son segment de marché.


Renault Fluence


Samsung SM3


Renault Safrane II / Samsung SM5

Renault souhaite faire oublier le malheureux épisode Velsatis le plus rapidement possible, et n'hésite pas à ressusciter le nom de Safrane (1992-2002) pour baptiser son nouveau haut de gamme. La Safrane II est directement issue de la coréenne Samsung SM5. Le style est sobre, mais non dénué d'une certaine élégance classique. Il n'est plus question de provoquer.


Renault Safrane II


Samsung SM5


Iso Isetta / BMW Isetta / Velam Isetta / Romi Isetta

Renzo Rivolta, patron d'ISO, présentait en 1955 l'Isetta, un petit véhicule urbain, à mi chemin entre le scooter et la vraie voiture. Ce modèle à succès fut produit sous licence en Allemagne et en Angleterre par BMW (1954/62), en France par Velam (1955/58), et au Brésil par Romi (1956/59).


Iso Isetta


BMW Isetta


Velam Isetta


Romi Isetta


Rover Quintet / Honda Quintet

La Rover Quintet fut commercialisée en Australie de 1983 à 1985. Identique à la Honda Quint (Quintet à l'exportation) présentée en 1980, ce fut la première voiture Honda à porter le badge Rover.


Rover Quinted


Honda Quinted


Rover 200 / Honda Civic

L'alliance entre Rover et Honda date du début des années 80. Honda détenait 20 % de Rover, et Rover 20 % de Honda UK. Après une première version en 1984,  Rover présentait en octobre 1989 une nouvelle 200 sous la forme d'une berline deux volumes. Directement issue de la Honda Concerto japonaise, cette 200 décevait encore une fois les amoureux de belles anglaises à l'ancienne.


Rover 200, première série, 1984


Honda Civic


Rover 200 / Honda Concerto


Rover 200, deuxième série, 1989


Honda Concerto


Rover 400 / Honda Civic

La Rover 400, copie quasi conforme de la Honda Civic du moment, fut commercialisée à partir de 1996. C'était le début de la fin pour Rover.


Rover 400


Honda Civic


Rover CityRover / Tata Indica

Ultime avatar dans la longue descente aux enfers de Rover, la CityRover disponible dans les concessions britanniques à partir de 2004 était directement dérivée de la Tata Indica Indienne. Elle succédait à la Rover 100, née Austin Métro en 1980. Rover faisait faillite en avril 2005.


Rover CityRover


Tata Indica


Roewe 750  / Rover 75

La marque Roewe née en 2007 appartient au groupe chinois SAIC (Shanghai Automobile Industry Corporation). Après avoir acquis les droits nécessaires, elle a commencé par produire la 750, une Rover 75 légèrement retouchée et rebadgée. Désormais, Roewe entend voler de ses propres ailes avec des modèles inédits.


Roewe 750


Rover 75


Saab Lancia 600 / Lancia Delta

Cette Lancia Delta dénommée Saab Lancia 600 ne fut diffusée qu'en Suède et en Norvège. Elle s'insérait dans la cadre d'accords entre Saab et le groupe Fiat, qui aboutirent notamment à la création du quatuor Saab 9000 / Fiat Croma / Lancia Thema / Alfa Romeo 164 qui utilisaient une plateforme commune. La Delta permettait à Saab de se positionner à moindre frais  sur le créneau des berlines compactes.


Saab Lancia 600


Lancia Delta


Saab 9-2 X / Subaru Impreza

Saab présentait au salon de Los Angeles en décembre 2003 la 9-2, en fait une Subaru Impreza rebadgée, et par voie de conséquence la première Saab dotée de quatre roues motrices et d'une grosse prise d'air sur le capot ! La 9-2 adoptait le nez rond caractéristique des Saab avec la fameuse calandre à trois lobes. Ce break sportif se positionnait un niveau en dessous de la  9-3 dans la gamme, et visait une clientèle plus jeune. La Saab 9-2 fut retirée du marché fin 2006, faute de succès .... Plus d'informations en cliquant ici.


Saab 9-2 X


Subaru Impreza


Saab 9-7 X / Chevrolet TrailBlazer

Cet imposant 4 x 4 destiné au marché américain et présenté en 2005 était directement dérivé du Chevrolet TrailBlazer. Il permettait à Saab, essoufflé financièrement, de s'adapter à la demande sans consentir de gros investissements. Pour ne pas déstabiliser les connaisseurs, la planche de bord était dans l'esprit Saab et la clef de contact demeurait implantée sur la console centrale.


Saab 9-7 X


Chevrolet TrailBlazer


Santana / Land Rover

Santana est un industriel espagnol qui est venu à l'automobile en 1958 par l'intermédiaire d'une licence acquise auprès de Land Rover. Petit à petit, le Land Rover espagnol dériva par rapport à son homologue britannique, en adoptant plusieurs particularités (pare brise, hard top, boîte de vitesse ...). En 1989, suite à des dissensions entre les deux partenaires, le premier Santana à ne plus porter la marque Land Rover voyait le jour. La rupture était consommée en 1990. Santana était sorti de la monoculture Land Rover en 1986 en passant un accord avec Suzuki pour produire de plus petits 4 x 4.


Santana


Land Rover


Seat 800 / Fiat 600

La Sociedad Espanola de Automoviles de Turismo voyait le jour à Barcelone en 1953. Seat proposait à partir de 1964 la 800, dérivée de la Fiat 600 D, mais avec 18 centimètres en plus et quatre portes contre deux pour l'italienne. Ce modèle ne fut fabriqué qu'en Espagne. Il s'agissait de la première Seat qui ne soit pas la fidèle réplique d'une Fiat.


Seat 800


Fiat 600


Seat 850 / Fiat 850

Un an après la 800, Seat présentait la 850 en deux versions : deux portes comme chez Fiat, ou un modèle original et propre au marché espagnol, la quatre portes. 


Seat 850


Fiat 850


Seat 133 / Fiat 127

La 133 était un autre modèle spécifique à Seat. Elle fut commercialisée en Espagne et sur certains marchés européens (dont la France) entre 1974 et 1979. Ce mélange assez maladroit entre une Fiat 850 (pour l'implantation mécanique) et une Fiat 127 (pour le style) permettait de satisfaire les derniers amateurs de voitures à moteur arrière.


Seat 133


Fiat 127


Seat 132 Diesel

Bien avant les Seat System Porsche des années 90, le constructeur espagnol qui semblait déjà en mal de légitimité côté mécanique mettait en avant la motorisation Diesel d'origine Mercedes qui équipait sa berline 132.


Seat Exeo / Audi 80

Seat est depuis 1990 la propriété à 100 % du groupe allemand Volkswagen AG, auquel appartient Audi. L'Exeo constitue depuis 2009 le haut de gamme de Seat. Pour proposer un modèle de ce type à moindre coût, VW est parti de l'ancienne version de l'Audi A4.


Seat Exeo


Audi 80


Shanghai Santana / VW Santana

L'ouverture de la Chine à la voiture populaire est récent. En 1982, le gouvernement chinois autorisait la création d'un " joint venture " entre Volkswagen et la société Shanghai Tractor. La première Santana chinoise était produite en 1985, et faisait entrer le pays dans l'ère de l'automobile moderne. Petit à petit, tous les composants de la voiture devinrent " made in China ". En 1991, la Santana n'était plus considérée par les autorités chinoises comme une voiture importée. On connaît depuis le développement de l'industrie automobile dans ce pays,  avec pléthore de nouveaux constructeurs : Brillance, Chery, Geely, etc ...


Shanghai Santana


VW Santana


Fiat Topolino / Simca 5 / Fiat NSU 500

D'une part, la Fiat Topolino vit le jour du souhait de Mussolini de motoriser le peuple italien avec une voiture économique, à la manière de la Volkswagen en Allemagne. D'autre part, l'entité Simca Fiat fut créé à Nanterre en région parisienne en 1934 avec à sa tête Henri Pigozzi. La Simca 5, quasiment identique à la Fiat Topolino, était dévoilée en mars 1936. En dehors de la France, la Topolino fut assemblée en Allemagne (NSU Fiat), en Pologne (Polski Fiat),  et en Inde (Premier).


Fiat Topolino


Simca 5


Fiat NSU 500


Fiat 508 C Balilla / Simca 8 / Fiat NSU 1100

L'allemand NSU avait une activité automobile jusqu'en 1928, année où le groupe céda son usine à Fiat. Le constructeur turinois s'installa dans l'usine neuve de NSU à Heilbomn, et y construisit sous la marque Fiat NSU (et Neckar pour l'exportation) des voitures dérivées des Fiat italiennes, à l'image de ce que faisait Simca en France. Ainsi les Fiat 508 C Balilla, Simca 8 et Fiat NSU 1100 étaient elles quasiment identiques.


Fiat 508 C Balilla


Simca 8


Fiat NSU 1100


SsangYong Kallista / Panther Lima & Kallista

La Panther Kallista succédait en 1982 à la Panther Lima née en 1976. Elle conservait le même aspect mais troquait sa mécanique Vauxhall pour des moteurs Ford 4 ou 6 cylindres. Le constructeur SsangYong acquit les droits sur la voiture au début des années 90. Seulement 73 exemplaires furent produits en Corée.


Ssang Yong Kallista


Panther Lima


Panther Kallista (http://www.classicandperformancecar.com)


Simca Vedette / Simca do Brasil

Le projet d'installation de Simca au Brésil fut initié en collaboration avec Fiat, pour y produire la Vedette. Le géant italien renonça finalement à ce plan, mais Simca persévéra. En 1959, la nouvelle usine n'était qu'une unité d'assemblage de pièces en provenance de France, avant que les autorités du pays n'exigent une plus grande intégration de composants locaux. Petit à petit, les Simca brésiliennes devinrent différentes des modèles français, la filiale s'autorisant même quelques libertés : Jungada, Rallye .... Le style des Simca évoluait franchement en 1967, comme en témoigne l'Esplanada. Simca do Brasil devenait cette même année Chrysler do Brasil. A partir de 1969 le nom de Simca disparaissait définitivement. 


Simca Vedette (France)


Simca Jungada 1964 (Brésil)


Simca Rallye 1964 (Brésil)


Simca EmiSul 1966 (Brésil)


Simca Esplanada (Brésil)


Sipani Dolphin / Reliant Kitten

A partir du milieu des années 50, Reliant constitua progressivement un réseau de partenaires dans plusieurs pays " exotiques ". Sunrise Automotive Industrie Ltd (SAIL) voyait ainsi le jour en 1974 à Bangalore en Inde. Ce constructeur  produisait à ses débuts la curieuse Badal sur la base d'une Reliant Robin. En 1982, Sunrise Automotive Industrie Ltd devenait Sipani Motors. Reliant revendait à son partenaire indien les outillages et les droits sur la Kitten, en fin de carrière en Grande Bretagne. Celle ci fut alors commercialisée sous le nom de Dolphin en Inde. Plus d'informations ici.


Sipani Dolphin


Reliant Kitten


Standard Gazel / Triumph Herald

La Triumph Herald, dessinée par le styliste italien Michelotti, fut présentée en Grande Bretagne en 1959. Standard Motor Producs of India commercialisa de 1961 à la fin des années 70 une version originale à quatre portes de cette voiture, tout d'abord sous le nom de Standard Herald, puis à partir de 1971 sous l'appellation Standard Gazel.


Standard Gazel.


Triumph Herald


Steyr Puch 650 TR / Fiat 500 Abarth

La première Steyr date de 1920. Il s'agissait alors pour le fabricant d'armement de se reconvertir. Après la seconde guerre, Steyr reprenait la construction automobile, mais en assemblant des Fiat pour le marché autrichien. En 57, la firme commençait la production de la 500. Celui ci fut ensuite proposée dans des versions plus musclées, les 650 T et 650 TR, dans l'esprit des Abarth italiennes.


Steyr Puch 650 TR


Fiat 500 Abarth


Tofas Serce / Fiat 124 - Tofas Murat / Fiat 131

Tofas installé à Istanbul en Turquie fabriquait à partir des années 70 deux modèles Fiat, la 124 appelée Serce, et la 131 sous le nom de Murat. Ces voitures étaient appréciées pour leur coût de maintenance minime.


Tofas Serce


Fiat 124


Tofas Murat


Fiat 131


Triumph Acclaim / Honda Ballade

La Triumph Acclaim (1981-1984) n'était qu'une version britannique, produite localement, de la berline japonaise Honda Balade présentée un an plus tôt. Elle remplaçait la Triumph Dolomite et fut assemblée à 133 625 exemplaires, principalement vendus outre Manche. Ce fut la dernière voiture à porter le badge Triumph. Après elle, les anglo-japonaises dérivées des Honda adoptèrent la marque Rover.


Triumph Acclaim


Vauxhall Monaro / Holden Monaro

Vauxhall (Grande Bretagne) et Holden (Australie) appartiennent à la General Motors. La Holden Monaro de 2001 ressuscitait l'esprit des muscles cars à l'australienne. A partir du printemps 2004, Vauxhall commercialisait outre Manche sous sa marque ce coupé doté d'une V8 de 320 ch.


Vauxhall Monaro


Holden Monaro


Volkswagen Gol

Née au Brésil ou Volkswagen est implanté depuis 1953, la Gol a connu différentes évolutions depuis son introduction en 1980. Elle est commercialisée dans plusieurs pays d'Amérique du Sud. La première génération représentée ici fut diffusée jusqu'en 1994. Véritable best seller, plus de 5 millions de Gol ont été vendues en trente ans.


Volkswagen SP 2

Autre création originale réservée au marché sud-américain, la SP (pour São Paulo) est née de la volonté d'apporter une succession aux vieillissants coupés Karmann Ghia et Karmann Ghia TC. La commercialisation débuta en 1972. La mécanique VW (reconnaissable entre 1000 grâce à sa mélodie) était  positionnée en porte-à-faux arrière. Un total de 10 205 exemplaires furent produits jusqu'en 1976.


Volkswagen Apollo

Cette Apollo avait plus l'aspect d'une Ford que d'une Volkswagen. C'était un des fruits du mariage de raison entre les deux constructeurs allemands au Brésil. Une fois le divorce prononcé, la VW Apollo devint une Ford Verona.


Volkswagen Logus & Pointer

Non ce n'est pas une Ford Escort, mais une Volkswagen Logus, modèle totalement inconnu de ce côté ci de l'Atlantique. Disponible sous la forme d'une berline deux portes, elle fut commercialisée au Brésil à partir de 1993. Encore une fois, cette Logus était le résultat de l'union passagère entre les deux géants allemands sur le sol brésilien. Sa version à cinq portes portait le nom de Pointer.


Volkswagen Logus


Volkswagen Pointer


Volkswagen  Passat / Volkswagen  Dasher / Volkswagen  Quantum ...

La VW Passat de première génération fut présentée en 1973. Depuis 2005, la sixième génération est dans les concessions. Son nom de baptême a évolué dans le temps et selon les pays qui la commercialisent : Dasher puis Quantum aux Etats Unis,  Santana au Brésil et en Chine, Corsar au Mexique, Carat en Argentine, etc ...


Volkswagen Dasher


Volkswagen Quantum


Volkswagen Brasilia / Volkswagen Variant

La Volkswagen Brasilia était un modèle techniquement basé sur la Coccinelle, mais dont la ressemblance esthétique avec la VW Variant européenne était indéniable. Elle fut développée par VW do Brasil, pour le marché local mais aussi pour l’exportation vers d’autres pays d’Amérique du Sud, vers le Niger (en CKD), le Portugal, etc … En dehors du Brésil, seul le Mexique l’assembla. Sa diffusion s’échelonna de 1973 à 1982.


Volkswagen Brasilia


Volkswagen Variant (1er plan), la similitude avec la Brasilia s'arrête à l'esthétique générale, puisque la première appartenait à la famille 411/412 (structure monocoque), tandis que la seconde était basée sur la Coccinelle (plate forme).


Skoda Superb / Volkswagen Passat Lingyu

La Volkswagen Passat Lingyu exposée en 2009 au salon de Shanghai est en fait une Skoda Superb de première génération rebadgée. La face avant et l'arrière ont été redessinés afin de s'approcher des codes esthétiques de VW. Après la Seat Exeo, la Passat Lingyu, à quand une Continental GT avec le fer à cheval de la Veyron ?


Skoda Superb


Volkswagen Passat Lingyu


YLN 302 / Nissan Cedric

Yue Long, industriel de Taiwan, débutait la construction automobile en 1958 avec des Nissan assemblées sous licence. La YLN 302 présentée ici était directement dérivée de la Nissan Cedric. La marque fut rebaptisée Yulon en 1992.


Zastava 101 / Fiat 128

La Zastava 101 (1100 en France) dévoilée en 1971 était dérivée de la Fiat 128, mais présentait l'originalité d'être équipée d'un hayon à la manière de notre Simca 1100. En septembre 2008, le gouvernement serbe cédait les rênes de Zastava à Fiat.


Zastava 101


Fiat 128


Opel Insigna / Buick Regal GS

Au plus fort de la crise, la General Motors décidait finalement de conserver sa filiale allemande Opel. Cela permettait au géant américain de présenter à Détroit en janvier 2010 la Buick Regal GS, directement issue de l'Opel Insigna.

Retour au sommaire du site