Avril 1953


Nouveauté d'avril 1953 : Crazy Man, Crazy de Bill Haley and his Comets


En France et dans le monde

9 avril : Premier vol de l'hydravion expérimental à réaction et ailes delta, le Convair F2Y Sea Dart - 13 avril : Naissance de Brigitte Macron - 15 avril : Les élections en Afrique du Sud sont marquées par la réélection de Daniel François Malan au poste de premier ministre. Le pays est alors en plein renforcement des lois sur l'apartheid - 18 avril : Ouverture de la première ligne aérienne régulière avec un avion de ligne turbopropulsé par la British European Airways entre Londres et Nicosie sur l'Ile de Chypre - 22 avril : Naissance d'Evelyne Bouix - 25 avril : Un article de la revue scientifique Nature signé du biologiste américain Jim Watson (24 ans) et du physicien britannique Francis Crick (36 ans) décrit pour la première fois la structure de la molécule d'ADN - 27 avril : Le général Mohammed Naguib ouvre des négociations avec les autorités britanniques sur la gestion du Canal de Suez, propriété des Français et des Britanniques - Naissance d'Arielle Dombasle


La presse spécialisée


N° 76, 15 avril 1953


avril  1953


N° 84, avril 1953

Le paysage automobile n'est pas encore, et de loin,  celui que l'on connaît de nos jours. Les importations en France se font au compte-gouttes. Les Allemands sont déjà réputés pour le sérieux de leurs productions. Les Italiens sont reconnus pour leur capacité à retravailler les mécaniques de série, et pour proposer de belles carrosseries. Les Français voient tous leurs grands constructeurs de prestige disparaître, mais pour autant leur industrie de la grande série se porte bien. Les Américains sont encore très présents en Suisse et dans le Benelux. Les Japonais sont absents en Europe et d'ailleurs produisent encore très peu d'automobiles. La guerre est déjà loin. Nous sommes au début des trente glorieuses. Trois nouveautés sont en couverture de la presse spécialisée, la Rosengart Corsaire pour l'Auto Journal, la Renault Frégate Affaires pour l'AAT, et la Fiat 1100 pour L'Automobile. Deux évènements majeurs marquent l'actualité du sport automobile, la victoire des DB à Sebring et le record battu par une Delahaye sur le trajet Le Cap - Alger.


Brèves automobiles

La Fiat 1100 fait son entrée au Salon de Genève. Elle est plus spacieuse, plus nerveuse que ses devancières, d'une conduite et d'une tenue de route améliorées. Elle entre en concurrence directe avec la Peugeot 203, la Simca Aronde et la Panhard Dyna.


Fiat 1100

Tous les ans 25 ou 30 000 voitures entrent en Suisse, et à la fin de 1952 on y comptait 188 000 voitures, dont 70 % de moins de cinq ans. Les voitures américaines et allemandes ont la faveur du public. Les françaises, britanniques et italiennes se partagent le reste.

La vitesse sur les autoroutes allemandes qui était jusqu'à présent limitée à 80 km/h ne sera désormais plus réglementée.

La production de l'Allemagne de l'Est est estimée à 15 000 voitures par an, fabriquées en grande partie par l'usine nationale EMW,  laquelle n'est autre que l'ancienne BMW.


EMW 340/2 Limousine

La politique allemande en matière de construction automobile est nettement particulière, elle vise d'abord à la robustesse et au bas prix d'entretien. D'une façon générale, on peut dire, en comparant une voiture allemande et une voiture française de classe équivalente, que la voiture allemande, à prix égal, aura des performances inférieures à celle de soeur française, mais plus de confort, une longévité beaucoup plus grande et un prix de revient kilométrique excessivement bas, à cause de la robustesse et de l'absence de réparations. Dans les classes supérieures, l'équivalent autrefois pour nous des Hotchkiss ou Salmson, on peut obtenir - c'est le cas de Mercedes - une grande robustesse, une bonne tenue de route, d'excellentes performances et l'absence de tout soucis ultérieurs. Ces derniers produits sont en général chers, mais le décompte sur trois ou quatre années d'usage conduit à un prix de revient très inférieur à celui des voitures françaises.


Mercedes 170 S

Tel le phoenix, l'industrie automobile japonaise renaît de ses cendres. En 1952, la production totale de ce pays a été de 46 700 véhicules sur lesquels on compte 20 100 voitures particulières. Le seul constructeur japonais Toyota planifiait pour 2020 la production de 10,77 millions de véhicules dans le monde, soit à lui seul 230 fois plus que la production de tous les constructeurs du pays en 1952.

Il n'est guère de pays où l'amour de la mécanique soit plus honoré et respecté qu'en Italie. S'il vous est donné de converser quelque temps avec l'un des façonniers de Turin, il ne manquera pas, non seulement, de soumettre à votre appréciation la multitude des projets enfouis dans ses cartons, mais encore de vous citer une liste extraordinaire de ses amis qui, comme lui, possèdent de petits ateliers où s'effectue le montage d'éléments disparates de mécanique et de carrosserie. C'est ce fanatisme mécanique qui fait des automobiles italiennes ce qu'elles sont. C'est-à-dire des voitures dessinées, conçues, exécutées avec amour. Les grands constructeurs eux-mêmes sont les premiers à encourager ces recherches mécaniques, ces soucis scrupuleux du détail qui ne peuvent que les servir. Les trois grands italiens, Fiat, Lancia et Alfa Romeo, possèdent tous également un service de  compétition et cèdent volontiers des mécaniques aux façonniers qui savent en tirer le meilleur parti. Toutes ces voitures spéciales ne sauraient recevoir un habillage commun. Elles font, au contraire, le bonheur d'une multitude de carrossiers qui rivalisent d'audace et de style.


Alfa Romeo 1900 L cabriolet Victoria Stabil. Farina 4-5 posti

A la cadence où augmente la circulation routière dans la région parisienne, 45 % sur les grandes routes de Seine-et-Oise entre 1950 et 1952, 75 % sur l'Autoroute de l'Ouest pendant la même période, l'année 1953 nous réserve de beaux embouteillages.

Citroën va reprendre incessamment la fabrication de ses " Familiales " 11 et 15 CV. Conçus dans le même esprit que ceux d'avant-guerre, ces modèles n'en seront pas moins mis au goût du jour. La longueur hors-tout augmente de 18 cm et atteint 4,82 mètres pour la 11 CV et 4,95 mètres pour la 15 CV. La hauteur intérieure augmente de 4 cm.


La 11 Familiale est intégrée au catalogue Citroën

Afin de faciliter les dépannages, 38 postes téléphoniques ont été mis en service le 15 avril sur l'autoroute de l'Ouest. Les cabines sont distantes de 1400 mètres l'une de l'autre. Chaque poste est doublé, deux cabines se faisant vis-à-vis de chaque côté de la route, de façon à ce que les automobilistes ne soient pas tentés de traverser la chaussée. De nos jours, victimes de la généralisation du téléphone portable, les bornes SOS orange sont progressivement retirées. Parmi celles encore en place, certaines tombent en panne, faute d’entretien, et sont recouvertes d’une bâche en plastique noir qui annonce leur disparition prochaine.

La production de Ford du mois de février a été de 1761 Vedettes contre 1617 en janvier, 1 Abeille contre 19, 65 Comète contre 0, et 33 camions contre 88. Ford qui cherche à se défaire de son implantation française va signer un accord avec Simca, au terme duquel l'usine de Poissy passera sous son giron en décembre 1954. Les nouvelles Ford Trianon, Versailles et Régence vendues à partir de septembre 1954 deviennent en décembre des Simca sans changer de nom.


Ford Vedette

Un an et demi à peine après la mise en route de la série, le 17 mars est sortie des usines Simca la 100 000 ème Aronde qui fut baptisée par le plus jeune apprenti de l'usine. A cette occasion eut lieu le tirage d'une loterie et c'est un ouvrier des ateliers de presse qui fut désigné comme l'heureux bénéficiaire de la dernière Aronde produite ce jour-là. De nombreuses personnalités de l'automobile, de la presse et de la politique avaient été conviées. La carrière de l'Aronde s'achèvera en 1964 avec 1 274 819 voitures produites.

Toujours chez Simca, la suggestion d'un employé de l'usine de Nanterre tendant à améliorer la fixation du manocontact indicateur de pression d'huile sur le bloc-cylindres a été primée ... 171 000 francs.

Fidèle à sa politique de baisse dont elle a été l'initiatrice en lançant sur le marché la 4 CV " Service ", la Régie Renault vient d'annoncer le 1er avril la naissance de la Frégate " Affaires " au prix de 799 300 francs. Ce modèle qui remplace la version " Luxe ", supprimée, se caractérise par une présentation plus sobre : tissu intérieur différent, dimension réduite des pneus, absence de chauffage (mais maintien du dégivrage à air chaud). Elle est livrée en deux teintes, noir et gris RAF.  La Frégate " Affaires " sortira de pair avec la " Grand Luxe " baptisée " Amiral " et vendue 899 000 francs.


Renault Frégate " Affaires "

René Bonnet : " ... en 1952, lorsque je partis pour Sebring, je prenais sur moi de très gros risques. Et je fus vraiment désemparé à mon arrivée en Californie, devant la formidable coalition étrangère. Je me trouvais seul, devant un mur. Ma victoire causa un véritable étonnement parmi les techniciens américains. Et comme elle vient de se renouveler il y a quelques semaines, je suis certain d'avoir actuellement un marché de 5000 voitures aux Etats-Unis, mais comment les fabriquer ? Pourtant, cela serait très intéressant pour le gouvernement français. Les Britanniques pas fous, vendent, par exemple, quelques dizaines de milliers de voitures dans la " zone dollar ". Et les Allemands arrivent ... Grâce à mon ami Cook, une DB figure au Salon de New York ouvert depuis le 8 avril. Mais à quoi bon, puisque je ne peux pas fabriquer à une cadence suffisante. Oh ! je ne demande pas de super bénéfice, non, je ne suis pas un financier, loin de là. Mais j'aime le sport automobile, je suis un peu cocardier et tout ce que je demande, tout ce que demande DB, c'est d'exister tout simplement ".


René Bonnet

Pierre Marco, patron de l'usine Bugatti, au sujet de la construction à Molsheim de voitures Osca ou Porsche : " ... il est vrai que j'ai rendu visite aux frères Maserati afin d'envisager la construction de leurs voitures à notre usine. Mais rien de définitif ne fut décidé. Parallèlement, je suis en pourparlers avec la maison allemande Porsche pour les mêmes raisons. Je ne peux donc vous dire exactement quelle sera la future voiture construite ici, la décision ne m'appartenant pas entièrement ". Puis au sujet de la Bugatti 101 : " Dites-vous bien que peu de gens achètent cette voiture qui vaut plus de quatre millions. Il n'en est d'ailleurs sorti que quatre environ depuis un an. C'est pourquoi je voudrais me tourner vers la fabrication en série d'un véhicule ayant déjà fait ses preuves afin d'éviter les longs tâtonnements d'études, trop onéreuses de nos jours ".

Au cours de l'exercice 1952, les ateliers de Motobécane ont sorti 213 428 véhicules dont 159 465 mobylettes, ce qui représente une augmentation de 17 % par rapport à l'exercice précédent.


Motobecane Cyclomoteur AV3

Nous assistons à la mort silencieuse mais certaine de la voiture d'occasion construite avant-guerre. Les voitures construites avant 1939 vivront cette année leur dernier été, et leurs prix se refusent déjà à obéir à la légère hausse saisonnière que nous enregistrons en avril sur les véhicules plus récents. Les 4 CV Renault des années 1949 et 1950 sont toujours très recherchées, non pas en raison de qualités particulières, mais parce qu'elles apportent à un prix accessible un élément de standing honorable. La Frégate accuse à la revente une dépréciation importante, due sans doute aux déboires enregistrés par les possesseurs des premiers modèles.

La Delahaye 235 n'est certes pas la voiture du Français moyen, mais on ne saurait le lui reprocher trop sévèrement après le record mondial qu'elle vient d'établir en reliant Le Cap à Alger en dix jours, cinq heures et quinze minutes. On sait comment une fâcheuse collision avec une autre concurrente enleva à la 235 tout espoir de figurer honorablement à l'arrivée du second rallye Alger-Le Cap. Mais MM. Heurtaux et Crespin surent transformer ce malheureux coup du sort en une victoire. La 235 a parcouru d'abord les 16 000 km qui séparent Alger du Cap, puis ce fut le record au cours duquel elle couvrit la même distance en sens inverse.


Delahaye, Alger - Le Cap - Alger

Les voitures hippomobiles seront bientôt interdites dans la cité de Londres et dans le West-End. Voici une mesure dont l'application aux rues parisiennes serait la bienvenue.

Les négociations actuellement en cours entre la SIOP et un nouveau groupe sont sur le point d'aboutir. La réalisation d'un accord permettra aux établissements du boulevard de Dixmude de produire cet été - à côté de la Rosengart Ariette - la nouvelle Marathon à une cadence qui pourrait atteindre 300 véhicules par mois. Depuis quelques années, on a vu figurer dans des salons étrangers la Trippel SK 10, petite machine à deux portes, bien profilée, équipée d'un moteur arrière Zündapp de 600 cm3. Ce modèle, plusieurs fois retouché, a été présenté au dernier Salon de Bruxelles sous le nom de Marathon. Tel est en effet le nom de la société française qui a récemment adopté ce prototype. Elle se dispose à lancer simultanément cette voiture en France, en Belgique, en Allemagne, en Hollande, en Suisse. La Marathon française sera doté d'un 850 cm3 Panhard. Annoncée 750 000 francs en avril 1953, le modèle vaut déjà près de 800 000 francs au Salon d'octobre. Lors des premiers assemblages, le prix est passé à 900 000 francs, le tarif d'une Citroën 15-Six. On estime qu'à peine une trentaine de Marathon ont finalement été réalisées, l'usine de la SIOP fermant ses portes à l'automne 1954.


Marathon

L'ingénieur Jean Albert Grégoire vient de publier un livre de souvenirs intitulé " L'Aventure Automobile ". Nous connaissions la passion de Grégoire pour les champignons, le cross et le tennis ... mais nous ignorions le don d'écrire qu'il portait en lui. Son livre nous en offre aujourd'hui la révélation en quatre chapitres bien différents : les garagistes, la traction-avant, les inventeurs, les courses. Le piment de l'aventure, senti par un ingénieur devenu garagiste ... Mais surtout un document profondément humain. L'ingénieur né en 1899 s'est éteint en 1992. Il a laissé derrière lui quelques autres ouvrages, des romans mais surtout le titre " 50 ans d'automobile " publié en deux tomes, en 1974 et 1992. 


L'Aventure Automobile, Jean Albert Grégoire

Pour l'instant, les réalisations françaises dans le domaine des carrosseries en matière plastique sont assez peu nombreuses, mais on peut s'attendre d'ici le prochain Salon à une floraison de créations originales en plastique stratifié. En Amérique, la société Glasspar construit des carrosseries qui rappellent celle de la classique Jaguar XK 120 et, toujours outre-Atlantique, Atlas a réalisé sur un châssis MG un coupé sport qui sera certainement exécuté à de nombreux exemplaires. Kaiser Frazer annonce pour juillet une nouvelle voiture 6 cylindres de 1000 kg dont la carrosserie de fiberglass ne pèse que 150 kg. Au dernier Motorama de New York, nous pouvions apercevoir, carrossé de plastique stratifié, un cabriolet Oldsmobile " Starfire " et une Chevrolet 6 cylindres dite " Corvette ". Les méthodes actuelles de fabrication des carrosseries en textiglass peuvent certes être améliorées mais dans l'état présent, elles se prêtent infiniment plus aisément à la réalisation de petites séries qu'à la production intensive. Bientôt, tous les carrossiers pourront donner libre cours à leur esprit de création, sans redouter le prix de revient prohibitif d'une carrosserie métallique faite à la main car une série de dix véhicules suffira largement à amortir le prix de revient des formes et des moules.


Glasspar G2

Les compagnies Kaiser-Frazer Corporation et Willys Overland Motors Corporation ont fusionné, la première ayant acheté la seconde pour 60 millions de dollars. La nouvelle société, qui portera le nom de Willys Motor Corporation, prendra le quatrième rang des constructeurs d'automobiles dans le monde après la General Motors, Ford et Chrysler.

Marc Birkigt est mort. Né en 1878 à Genève, il fait ses études à l'Ecole de Mécanique de cette ville, puis après avoir pratiqué dans différents ateliers il trouve en 1899 une situation à Barcelone où il débute par l'étude d'un autobus électrique. Il perçoit plus les possibilités du moteur à explosion qui prend à peine son essor. En 1904, il fonde la " Hispano-Suiza " qui devient rapidement la plus importante fabrique de camions, autobus et voitures automobiles d'Espagne. En 1911, afin d'augmenter ses possibilités, il installe une fabrique d'automobiles en France, à Levallois-Perret. Fin 1913, Il fait construire à Bois-Colombes l'embryon de l'usine actuelle. Il réalise ses premiers moteurs d'avions. Ceux-ci équipent bientôt les avions de tous les  " as " français et alliés et sont un des facteurs de la victoire. En 1919, Marc Birkigt reprend la construction des automobiles. Ses châssis de grand luxe, dans lesquels son génie créateur s'affirme, obtiennent une renommée mondiale. Il serait vain de rappeler tous les records du monde, les grands raids, les traversées de l'Atlantique effectuées avec les moteurs Hispano-Suiza. En 1936, pour donner suite aux importantes commandes de moteurs d'avion qu'il reçoit, il est contraint de cesser la fabrication de ses automobiles.


Marc Birkigt

La liste des " invités " aux 24 Heures du Mans est enfin connue. Plus que jamais, la lutte s'annonce excessivement sévère. On retrouve tous les ténors de l'an passé : Talbot, qui essaiera cette fois de tenir 24 heures, Jaguar, profondément vexé de l'échec de 1952 et qui voudra effacer cet affront. Cunningham, dont ce sera la troisième participation, Ferrari qui voudra mettre à profit l'absence de son rival Mercedes pour percer, etc ... A ces participants habituels viendront s'ajouter des nouveaux venus et des revenants. Les nouveaux candidats à la distance seront Alfa Romeo, Pegaso, la nouvelle 3 litres Lancia et la 3 litres Gordini. Quelle bagarre en perspective ! Deux Jaguar se classeront en tête de la course, suivies par une Cunningham, une Jaguar, une Ferrari et une Gordini. Les Talbot ont abandonné.


Départ des 24 Heures du Mans, 1952. Résultat : victoire de la n° 21, 2ème place de la n°20, abandon de la n° 22

La firme Studebaker construit une chaîne de montage longue de 1,6 kilomètre et large de 5 mètres, afin d'accélérer et d'améliorer la production de ses modèles. Elle vient par ailleurs de fêter son centenaire. En 1853, les frères Studebaker fondaient un atelier de charronnage, lequel comptait quinze ans plus tard 193 ouvriers. En 1953, les quatre usines de la firme emploient plus de 20 000 personnes, et sortent journellement 300 voitures. Dès l'année suivante, la General Motors et Ford se lancent dans une course effrénée à la baisse des prix, que les indépendants comme Studebaker ne peuvent pas suivre. Incapable de renouveler sa gamme à la même vitesse que les " big three ", les ventes de la marque s'effondrent dès 1954. Le constructeur vient de rentrer dans une spirale infernale qui va le conduire à cesser toute production automobile en mars 1966.


Studebaker Commander, 1953

Sommaire de la rubrique Actualité